Honneur - À Sète, les Gaulois de l’île singulière

  • Les Sétois veulent accéder à la Fédérale 3. Photo Marie-Coline Raynal
    Les Sétois veulent accéder à la Fédérale 3. Photo Marie-Coline Raynal
Publié le , mis à jour

Le RC Sète domine sa poule de championnat Honneur et peut prétendre à la Fédérale 3. Une sacrée performance, car le ballon ovale peine pour se faire accepter dans la ville.

Jouer au rugby à Sète c’est semblable à la pratique du cricket à Montluçon ou à Vierzon. L’île singulière chère à Paul Valéry et Georges Brassens n’a pas vraiment la balle ovale dans ses gènes. Les Sétois ont une passion légitime pour le football, le water-polo et les volleyeurs de l’Arago. Et pourtant dans cette ville maritime, le rugby a le mérite d’exister. Une poignée de passionnés a relevé ce pari insensé de créer un club, il y a plus de six ans. Entre 2016 et 2018, dans un contexte pas vraiment facile, les Sétois ont réussi à décrocher trois titres régionaux consécutifs de l’ancien comité du Languedoc de la Première Série à l’Honneur, ce qui n’est pas une mince performance pour ces Gaulois de l’ovale. Ensuite, par trois fois, l’équipe fanion s’est vue refuser l’accession en Fédérale 3. "À deux reprises, on nous a privés de promotion pour des raisons administratives. En 2020, ce fut le Covid qui nous a mis des bâtons dans les roues", peste le vice-président, Jean-Luc Fabre.

Objectif Fédérale 3

Justement, la Fédérale 3 c’est l’objectif avoué du club. Afin d’être en conformité avec les exigences fédérales, les dirigeants ont effectué un gros travail en termes de structures. À ce jour, l’école de rugby possède soixante licenciés, les cadets sont en rassemblement avec Mauguio, les juniors avec Béziers. Quant aux deux formations seniors coachées par Alexandre Ruiz et Brian Liebenberg (excusez du peu), toutes deux affolent les compteurs. La "B" est première de sa poule idem pour l’équipe fanion laquelle n’a connu que des victoires. Avant la reprise du 16 janvier, elle compte quatorze points d’avance sur Bédarieux, son principal concurrent direct. "Notre objectif c’est d’évoluer en Fédérale 3, ajoute Jean-Luc Fabre. Voilà pourquoi nous avons bien préparé la saison. Nous voulons accéder à ce niveau de compétition à l’issue de la phase de classement. Nous possédons quatorze points d’avance, mais nous ne crions pas victoire, nous restons prudents. Mathématiquement, la première place n’est pas encore assurée. On ne prendra aucun match à la légère."

En plus d’être talentueux, les rugbymen sétois sont prudents et humbles. Une double qualité qui colle au caractère de l’île singulière.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Didier Navarre
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?