Mickaël Ivaldi, joueur de devoir

  • Le talonneur lyonnais, Mickaël Ivaldi, espère terminer du mieux possible avant de partir au Stade français la saison prochaine. Photo Icon Sport
    Le talonneur lyonnais, Mickaël Ivaldi, espère terminer du mieux possible avant de partir au Stade français la saison prochaine. Photo Icon Sport
Publié le

Avec la concurrence de Guillaume Marchand, actuellement blessé, Mickaël Ivalidi, futur joueur du Stade Français, a souvent été relégué sur le banc mais continue de tout donner pour le club lyonnais.

Depuis son arrivée à Lyon, en 2016, lors de la dernière accession du club en Top 14, il n’avait encore jamais aussi peu joué. Samedi dernier, à Perpignan, Mickaël Ivaldi a débuté son sixième match seulement depuis le début de saison, sans avoir été fréquenté l’infirmerie. Une rareté pour un joueur titulaire quasi inamovible depuis son arrivée à Lyon et qui a longtemps formé l’axe fort du Lou en touche, associé à Julien Puricelli, peu habitué à apporter son expérience et sa stabilité en fin de match. "C’est un joueur excellent sur les bases du poste de talonneur, avec une formation classique, très toulonnaise, axée sur la mêlée, la touche, le combat, décrit son manager, Pierre Mignoni. Il a beaucoup progressé depuis son arrivée ici. Il a évolué dans son jeu, sa façon de défendre. On l’a pris avec ses points forts. Nous avons essayé d’améliorer le joueur qu’il est."

Mais voilà, l’arrivée en prêt de Guillaume Marchand (blessé à une main il y a quelques semaines), associé à l’éclosion de Yanis Charcosset, a repoussé le cadre sur le banc plus souvent qu’à son tour. "Cela a été dur pour lui, reconnaît l’ancien demi de mêlée. Il regagne sa place. Il y a eu un temps d’adaptation pour son nouveau rôle. Cela n’a pas été simple pour lui, je le sais. Nous en avons parlé. Je parle librement avec lui. Il est très engagé dans sa façon de réfléchir pour l’équipe. Ce n’est pas un problème." À bientôt 32 ans (le 20 février), le futur joueur du Stade français a conscience que les années commencent aussi à peser. Si l’on exclut la saison arrêtée en raison de la crise sanitaire (treize titularisations) le joueur n’a jamais fait moins de vingt et une feuilles de match en Top 14 (en 2018-2019), pour jamais moins de dix-sept titularisations (2020-2021). "C’est bête mais au bout d’un moment, après quatre saisons entre vingt et vingt-cinq matchs, tu finis par le payer, reconnaît-il. Et en vieillissant, c’est plus dur de récupérer aussi ! (sourire) Mais je mets tout en œuvre. Et je me sens mieux."

Objectif : être champion

En tout cas, il ne compte pas laisser les deux minots lui souffler sa place sans rien dire. "Ils ont encore à apprendre sur des points techniques en mêlée, sur tout ce qui concerne le poste de talonneur, rappelle-t-il. Ils ont envie de jouer, ils ont cette envie de faire mal. Ils sont dans ce principe-là et j’aime bien ce genre de talon !" Avant la dernière ligne droite, il espère bien terminer du mieux possible avec le Lou, et ne cache pas ses ambitions, faites de bout de bois… "L’histoire n’est pas finie, tranche-t-il. Elle se terminera en juillet. J’espère que l’on sera champions. C’est l’objectif de tout sportif." Les Lyonnais peuvent compter sur lui pour tout donner, comme à son habitude. "Il est exceptionnel dans la vie de groupe, il est un excellent joueur de devoir, excellent joueur de club", conclut Pierre Mignoni.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?