Les Bleues face aux Galloises pour s’offrir une finale

  • La Toulousaine Maëlle Filopon sera de nouveau titulaire au centre de l’attaque tricolore, aux côtés de Gabrielle Vernier, face au pays de Galles.
    La Toulousaine Maëlle Filopon sera de nouveau titulaire au centre de l’attaque tricolore, aux côtés de Gabrielle Vernier, face au pays de Galles. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

En route sur le chemin de son Grand Chelem, le XV de France s’apprête à gravir son avant-dernière marche. Pas la plus haute, mais loin d’être la moins importante.

Après une semaine de repos bien méritée, les Bleues vont retrouver les terrains ce week-end et comme pour leurs homologues masculins, ce dernier déplacement à Cardiff se fera un vendredi soir et comme pour la bande à Dupont, il a vocation à transformer le Crunch en finale pour le grand chelem. Si la douzaine de premiers contrats professionnels a permis aux Galloises de passer de la sixième à la troisième place du Tournoi en seulement quelques mois, l’écart entre l’Angleterre, la France et le reste de l’Europe reste béant. En témoigne la dernière sortie galloise chez les Red Roses (58-5). Les Bleues ont jusque-là affiché moins de maîtrise que leur pire ennemi, mais ce fait s’explique par l’envie de voir un maximum de joueuses et de tester leurs polyvalences à quelques mois du mondial. Sept changements entre le XV de la première et celui de la deuxième journée. Neuf, entre la deuxième et troisième journée. Mais ces trois premières journées étaient la dernière chance pour la partie large du groupe de faire ses preuves sous le maillot bleu. «Nous voulions donner du temps de jeu à beaucoup de monde sur le premier bloc, rappelle la manager Annick Hayraud. C’est pour ça que nous avons effectué un gros turnover. Notre volonté aujourd’hui, c’est de resserrer le groupe pour la fin du Tournoi.» La fin du Tournoi et ce dernier Crunch est évidemment dans toutes les têtes depuis des semaines. Mais pour que ce match soit un tremplin vers la finale, il faudra en plus d’une victoire bonifiée de la maîtrise. «Avec cette composition d’équipe, nous devrions retrouver de la complémentarité, des joueuses qui ont plus l’habitude de jouer entre elles et d’aborder ce genre d’expérience. Nous espérons voir plus de maîtrise, mais aussi plus d’ambition dans le jeu», poursuit la manager.

« Une belle mise en bouche »

Comme la majeure partie des adversaires des Anglaises, les Galloises ont énormément souffert en maul. D’ailleurs, la France est la seule nation qui a réussi, par moments, à stopper l’avancée de la structure blanche ces dernières années. Mais offensivement, c’est également grâce à cette arme que le XV du Poireau a inscrit son seul essai lors de sa sortie londonienne. Et quand on demande au staff s’il faut s’attendre à une répétition générale de mauls vendredi soir, la manager acquiesce d’un rire qui en dit long, Thomas Darracq en charge du projet prend le relais : «Ça peut ressembler à ça oui. Le maul est leur arme favorite. Après une touche, elles déclenchent quasiment tout le temps un maul. Elles s’en servent soit pour mettre l’adversaire à la faute, soit pour enchaîner au ras. Elles ont un pack dense, et avant l’Angleterre c’est sûr que c’est une belle mise en bouche.» Doté de quelques gabarits imposants qui ont les défauts de leur qualité. Leurs avants sont peu mobiles, ça force le rideau défensif à se resserrer, créant automatiquement des décalages en bout de ligne. Derrière, les Bleues devront se méfier de : la pénible 9 Keira Bevan qui n’hésitera pas à jouer les pénalités à la main, des crochets courts de la centre Hannah Jones, ou encore de la qualité de relance de l’arrière Kayleigh Powell. «Ce n’est pas une équipe que l’on craint, conclut Annick Hayraud. Les Galloises ont vraiment progressé mais c’est une équipe qu’on a très bien préparée et qu’on prend très au sérieux.»

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Baptiste BARBAT
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?