Saga Nevers - Ligne par ligne : des patrons à faire oublier

  • Kylian Jaminet (Nevers).
    Kylian Jaminet (Nevers). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Arrières > Pour couvrir le second rideau neversois, le patron se nomme Kylian Jaminet. Après avoir loupé le début de saison dernière à cause d’une blessure au genou, l’ancien Castrais a pris part à dix-huit rencontres de championnat, toutes dans la peau d’un titulaire. Pour le concurrencer, Thomas Zénon a débarqué de Béziers à l’intersaison. Il aura pour ambition de se faire une place dans l’effectif nivernais, lui l’habitué de ce Pro D2 qui compte déjà trois saisons complètes en deuxième division. Kylian a également vu arriver son frère Dylan Jaminet de Perpignan. Tout comme Perry Mayo, le plus jeune de la fratrie tentera d’accrocher quelques feuilles de match à son palmarès.

Ailiers > Les ailes de l’Uson ont vu partir Romaric Camou cet été du côté de Vannes. Pour le remplacer numériquement, le staff neversois a misé sur Christiaan Erasmus, auteur d’un très bon exercice 2021-2022 avec Bourg-en-Bresse. Le Sud-Africain sera en concurrence avec Lucas Blanc, Christian Ambadiang et Benjamin Dumas pour occuper un des deux couloirs. L’autre semble promis à Andrzej Charlat. Le Polonais a inscrit six essais en quinze matchs la saison dernière. Sa vitesse fait de lui un finisseur de très haut niveau et un titulaire en puissance dans le quinze de départ jaune et bleu.

Centres > Qui accompagnera Aviata Silago au centre du terrain ? Le Néo-Zélandais, transfuge de Montauban à l’été 2021 s’est de suite imposé comme un cadre de l’effectif en prenant part à vingt-trois rencontres de championnat. Pour faire la paire, un nom se détache tout de même assez logiquement, c’est celui de Rudy Derrieux. Celui qui a connu la montée en deuxième division dans le stade du Pré-Fleuri part avec plusieurs longueurs d’avance. Il est notamment apparu à vingt-sept reprises lors du dernier exercice. Léonard Paris tentera de détrôner ce duo plus qu’efficace pour être un acteur majeur de la saison neversoise. Les jeunes, Alivereti Loaloa et la recrue Emmanuel Vaitulukina auront également leur mot à dire.

Ouvreurs > Lorsqu’il est en pleine possession de ses moyens, Shaun Reynolds est un des meilleurs numéros 10 du championnat. Le Sud-Africain est incontestablement le meneur de jeu de l’Uson. Avec ses vingt-huit feuilles de match l’an dernier, il est un homme de base du staff nivernais. Il a notamment inscrit la bagatelle de 285 points. Derrière, tout comme ces derniers mois, Tanguy Ménoret aura à cœur d’apporter sa pierre à l’édifice. L’ancien pensionnaire du Stade toulousain est un remplaçant de luxe, c’est d’ailleurs lui qui était titulaire lors de la demie face au Stade montois. En cas d’urgence, Aviata Silago peut également occuper le poste. Le jeune Mattéo Faucher pourra avoir du temps de jeu.

Demi de mêlée > C’est un des départs marquants de cette intersaison pour Nevers. Tout comme Camou, Joris Cazenave a mis les voiles, mais vers Provence Rugby. Pour compenser ce départ, Arthurs Barbier est arrivé tout droit de la Fédérale 1 et Marcq-en-Baroeul. Le jeune numéro 9 devrait débuter la saison en tant que numéro trois au poste, derrière Yoan Cottin et Guillaume Manévy. Ce dernier a pris du poids dans l’effectif de l’Uson la saison précédente et pourrait bien avoir les clés du camion lors des prochains mois.

Numéros 8 > En fin de saison dernière, Jason-Colin Fraser a parfaitement assuré l’intérim au poste de numéro 8 en l’absence de Shaun Adendorff. Une fois encore, ces deux hommes, réputés pour leur puissance se partageront le poste pour guider le pack jaune et bleu. Lorsqu’il est disponible, Adendorff est le choix privilégié du staff, qui décale alors Fraser sur une aile. L’ancien joueur d’Aurillac est une référence du Pro D2. Même s’il n’a inscrit qu’un petit essai lors de l’exercice précédent, son importance est capitale. Transfuge de Chambéry, Maka Polutélé peut également endosser le rôle de perforateur, de même pour Kévin Noah.

Troisième ligne aile > Même s’il peut évoluer avec le numéro huit dans le dos, Kévin Noah se plaît un peu plus en tant que flanker. Auteurs de prestations encourageantes lors de sa première saison à Nevers, le pur produit de l’ASM Clermont tentera de gagner encore un peu de temps de jeu. Même son de cloche pour Charlie Rorke, qui devrait avoir son mot à dire après une saison blanche, ou presque. Aux côtés de ces deux jeunes prometteurs, Xavier Péméja pourra une nouvelle fois compter sur ses vieux briscards. Hugues Bastide est encore là, tout comme Julien Kazubek. Ces deux hommes font partie des meubles et seront encore importants autant dans le vestiaire que sur le terrain. De plus, le profil aérien de Luka Plataret sera utile tout comme l’explosivité de Steven David, qui arrive de Valence-Romans.

Deuxième ligne > Le poste a vu partir des patrons à l’intersaison. Thomas Ceyte évoluera désormais du côté de Bayonne en Top 14 et Frank Bradshaw s’est envolé pour l’Irlande, dans les rangs de l’Ulster. Pour faire oublier tout ce beau monde, Christiaan Van Der Merwe aura un gros rôle à jouer après une magnifique saison du côté de Carcassonne. Pour évoluer à ses côtés, Maxence Barjaud aura une petite longueur d’avance. Le côté aérien contraste avec le style plus en puissance de Senio Toleafoa. Maka Polutélé peut également évoluer au poste, il y a effectué quelques piges avec son ancien club de Chambéry, en Nationale. Lasha Jaiani qui arrive des Black Lions aura également son temps de jeu.

Piliers > Quatre piliers sont partis à l’intersaison, trois sont arrivés. À gauche, la recrue venue de Montauban, Kamaliele Tufele aura une belle carte à jouer. Il sera en concurrence avec Jordan Sénéca, Tornike Mataradze et Aselo Ikahehegi pour consolider la gauche de la première ligne. De l’autre côté, en l’absence de Farai Muradiki, gravement blessé au genou en demi-finale la saison passée, c’est Ilya Kaikatsishvili qui pourrait tirer son épingle du jeu. Arrivé tout droit de Nationale lui aussi, Cleopas Kundiona pourrait également être une bonne surprise. De même pour Aitor Kitutu, dont la polyvalence est toujours utile.

Talonneurs > Qui sera l’élu pour se positionner au fond des mauls dévastateurs neversois ? La place de titulaire a été délaissée par Jannick Tarrit à l’intersaison. Lors de cette cuvée 2022-2023, c’est donc Issam Hamel qui pourrait bien devenir le patron. L’ancien Racingman a tout de même franchi la ligne à onze reprises la saison passée. En sortie de banc, Elia Elia a le profil pour tout casser. Débarqué de Bourg-en-Bresse, le Samoan possède un talent indéniable et une capacité à casser des plaquages rares à ce niveau. Derrière, Quentin Beaudaux devrait avoir quelques occasions de se montrer.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Vincent FRANCO
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?