Rugby Championship - Les chantiers des Pumas

  • Les Argentins de Pablo Matera ont de nombreux axes de travail à développer s’ils veulent faire tomber les Wallabies. Photo Icon Sport
    Les Argentins de Pablo Matera ont de nombreux axes de travail à développer s’ils veulent faire tomber les Wallabies. Photo Icon Sport Icon Sport - Pierre Costabadie
Publié le

Défaits lors du match d’ouverture alors qu’ils étaient en tête à la pause, les Pumas du sélectionneur Michael Cheika n’ont eu qu’une semaine pour travailler sur les (nombreux) secteurs qui leur ont fait défaut. Sera-ce suffisant ?

Michael Cheika a décidément du pain sur la planche. Pour son premier match de Rugby Championship à la tête de sa nouvelle sélection des Pumas, l’ex-boss des Wallabies a eu droit à tout. De très beaux essais, à l’image du premier conclu par le Toulonnais Pablo Matera après touche, ainsi que celui marqué en fin de rencontre et après une relance de 80 mètres initiée par le Toulousain Juan Cruz Mallia et conclue par le troisième ligne Juan Martin Gonzalez Samso. Il a aussi vu en première mi-temps son équipe mettre l’adversaire sous pression au point de lui faire concéder une douzaine de pénalités lors du seul premier acte. Logique, dès lors, que les Pumas aient même compté jusqu’à neuf points d’avance au tableau d’affichage (19-10, 42e).

Seulement voilà, Cheika a aussi eu droit à des évènements nettement moins agréables, comme ce fut le cas en deuxième mi-temps où il a vu, depuis son bureau en tribunes, ses hommes subir la remontada des Australiens, qui ont inscrit la bagatelle de quatre essais et une pénalité pour l’emporter 41 à 26 à Mendoza. Alors, comment expliquer une pareille chute ?

Inconstance et défense des ballons portés

La première des raisons, c’est l’inconstance. Après avoir signé un bon début de rencontre et marqué un bel essai par Matera après une belle combinaison entre le capitaine Montoya et l’ailier Boffelli, les Pumas ont peu à peu perdu le fil. Surtout, le pack argentin a laissé son adversaire prendre peu à peu l’ascendant. Au point que les Pumas, qui d’ordinaire mettent un point d’honneur à être performants en conquête, ont concédé pas moins de trois essais sur ballons portés : un marqué par le jeune flanker Fraser McReight, un autre par le talonneur Folau Fa’ainga, et un autre, de pénalité, concédé par le deuxième ligne Matias Alemanno qui reçut un carton jaune pour une faute grossière commise en tentant de contrer un maul australien à la 62e minute de jeu.

Une indiscipline à résoudre

Ce qui nous mène au dernier point faible des Pumas : l’indiscipline. Les hommes du talonneur Julian Montoya ont terminé la rencontre avec pas moins de seize pénalités concédées. Comme on l’a dit plus haut, ils avaient mis les Wallabies sous pression en première mi-temps, avant que la tendance ne s’inverse complètement, et de façon vertigineuse. Autant de possessions rendues aux Australiens, qui n’ont eu de fait aucun mal à tenir le ballon (ils terminent avec 58 % de possession) et à faire le siège de la moitié de terrain des Pumas (68 % d’occupation en faveur des Wallabies). Autant vous dire que la semaine des Argentins a été studieuse…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?