Retour à la rigueur pour l’US Carcassonne

  • Face à Montauban, les hommes de Samuel Marques devront remettre la rigueur au premier plan s’ils veulent glaner une première victoire. Photo Midi-Olympique - Patrick Derewiany
    Face à Montauban, les hommes de Samuel Marques devront remettre la rigueur au premier plan s’ils veulent glaner une première victoire. Photo Midi-Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

À Colomiers, l’USC a été indisciplinée peu créative et brouillonne. Ce soir, les Carcassonnais doivent retrouver de la cohérence face à un ambitieux Montauban.

Vendredi dernier sur l’herbe de Michel-Bendichou, l’USC a fait un faux départ dans le duel des barragistes. Certes, ce n’est pas un déshonneur de s’incliner à Colomiers, mais la copie rendue au terme de la rencontre n’a pas vraiment convaincu l’encadrement. Devant la porte du vestiaire columérin, Christian Labit a essentiellement concentré la discussion sur deux chiffres. "On a tombé dix-huit ballons et concédé onze pénalités. Comment peut-on gagner une rencontre avec un tel déchet et un tel manque de rigueur", s’exclamait "Nache".

Balle à blanc, balles réelles

Sincèrement, l’USC n’a pas été performante, mais l’intégralité de la copie n’est pas à jeter aux orties. La mêlée a fourni une prestation exemplaire. La défense a montré de bonnes aptitudes. Soulignons que les Audois ont encaissé un essai de pénalité en infériorité numérique. Et un essai à une passe à deux minutes de la pause alors que le score était de parité (6-6), l’ailier Maxime Marty ayant perdu son duel face à Valentin Saurs. Ce qui a été le tendon d’Achille de l’USC c’est le jeu de ligne, ce que reconnaît le responsable, Jean-Marc Aué : "Nous avons eu un jeu trop approximatif pas du tout à la hauteur d’une équipe de Pro D2 en tant que responsable de l’attaque, je ne peux que râler. En revanche le groupe est actuellement en construction. Il y a de la qualité dans cette équipe. Depuis le début de la semaine, j’ai vu un gros investissement dans les entraînements, les nouveaux joueurs commencent à trouver des repères. Nous pouvons avoir confiance, on ne peut pas jauger une équipe sur une rencontre surtout lors de la première journée."

À Colomiers, la balle était à blanc. Ce soir, pour l’USC, l’exercice est à balles réelles face à des Montalbanais euphoriques après leur succès aux dépens de Nevers. Par la force des choses, l’équipe de David Gérard l’ancien coéquipier de Christian Labit, à la faveur du pronostic. Après le faux départ à Colomiers, les néo-carcassonnais : Jules Martinez, Soso Bekoshvili, Rob Harley, Etienne Herjean, Brieuc Plessis-Couillaud, Christopher Hilsenbeck, Connor Sa, Grégory Anetta, Stéphane Onambélé ont bien l’intention de connaître ce soir, leur premier succès dans leur tout nouveau jardin d’Albert-Domec. Le pari est osé, mais pas du tout irréalisable. De plus, Christian Labit, Mathieu Cidre, Aurélien Cologni et Jean-Marc Aué leur ont certainement rappelé que la saison passée, l’USC s’était brillamment imposée (31-6) avec en prime le bonus offensif. Vivement le coup d’envoi !

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier NAVARRE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?