Bayonne ne veut pas se laisser griser par un très beau début de saison

  • Bayonne ne veut pas se laisser griser par un très beau début de saison
    Bayonne ne veut pas se laisser griser par un très beau début de saison Icon Sport - Icon Sport
Publié le

L’Aviron, fort d’un début de saison tonitruant, peut-il continuer à surprendre ? Il ne veut pas se griser et affiche toujours sa seule ambition, le maintien.

Cette première partie de championnat surprenante, six victoires, carton plein à domicile face à de gros calibres, et un succès à Clermont, était loin d’être imaginée en début d’exercice. Seule la performance rugbystique était à l’ordre du jour. Fort de ce départ inattendu, en s’appuyant sur des critères élevés, l’Aviron peut-il maintenant entrevoir d’autres perspectives que le maintien ? Trop tôt pour le dire. Et, d’ailleurs, Grégory Patat ne s’engagera pas dans cette voie. Trop d’inconnues encore attendent le parcours des uns et des autres. «On n’a aucun objectif comptable. Ce que l’on veut, c’est progresser dans notre rugby. La marge de manœuvre dans ce championnat est limitée. Toutes les équipes se tiennent, à part une, Toulouse, qui se dégage. Tout le monde est capable de gagner n’importe où. Ce championnat peut réserver son lot de surprises dans ce second bloc.»

Et si les Bayonnais continuaient de surprendre ! Intérieurement peut-être y pensent-ils. La confiance et les certitudes acquises pourraient influencer positivement ce parcours «Tout le monde au club aurait signé pour de tels résultats, continue le manager. Notre discours, depuis le début, est de ne galvauder aucun match. Ce deuxième bloc sera énergivore aussi. On veut avancer, maîtriser notre rugby, continuer à progresser. Si on arrive à rester dans ce droit fil, on pourra gagner d’autres matchs… Mais il n’y a pas d’autre objectif que le maintien.»

La quête de performance

Pour l’heure, le voyage chez le champion de France se fera sans perdre de vue ce qui constitue le sel de l’Aviron depuis le début de la saison, la quête de la performance. «Comme dans tout match de reprise, explique Grégory Patat, les repères et les automatismes seront à retrouver rapidement. On va continuer à notre habitude. On est conscient de la réalité, de la difficulté de ce match. Mais on est là pour avancer avec le même état d’esprit qui nous anime depuis le début de la saison.»

Avec un avantage, celui de disputer ce match de reprise loin de Jean-Dauger. «Il est plus intéressant, après une coupure, de débuter à l’extérieur. C’est un constat», conclut le patron du rugby bayonnais. Avec aussi un désavantage, l’effet de surprise ne jouera plus pour les Basques qui, désormais, n’ont plus le même statut…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Edmond Lataillade
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?