• Brodie Retallick manquerait aux Blacks
    Brodie Retallick manquerait aux Blacks Icon Sport -
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

Nouvelle-Zélande : la question Retallick

Cet incontournable All-Black va-t-il manquer la Coupe du monde 2019 ? Ce serait une vraie catastrophe.

Au-delà du match nul entre les All Blacks et les Springboks a l’issue d’une bataille homérique, le principal fait de ce match fut la sortie sur blessure du monumental deuxième ligne, Brodie Retallick. Ce coup du sort a fait craindre le pire dans le camp des champions du monde car le joueur des Chiefs (77 sélections) tient une place spéciale dans ce groupe, de par sa dimension physique et technique qui en ont fait l’un des meilleurs avants de sa génération. Lui et son compère Sam Whitelock forment un attelage qui n’a pas d’équivalent. Son absence aurait un effet non négligeable sur le moral des Néo-Zélandais. Pour Steve Hansen, ce serait même un véritable casse-tête car, pour une fois, les All Blacks n’ont pas de réponse toute prête à ce coup du sort. On peut considérer que Scott Barrett (29 sélections, Crusaders) est incontournable en tant que premier réserviste mais les autres prétendants sont à des années-lumière de Retallick.

Tuipolotu décevant

Ainsi, Patrick Tuipulotu, le joueur des Blues (22 sélections), a complètement raté son audition argentine, incapable de peser physiquement sur ses adversaires. Du coup, il faut chercher des solutions ailleurs comme Jackson Hemopo, le troisième ligne polyvalent des Highlanders (4 sélections dont une seule comme titulaire) qui peut monter d’un cran dans la mêlée mais qui n’apporte pas toutes les assurances physiques requises par le poste au niveau international. Il a cependant vécu sa seule titularisation avec le numéro 5 mais c’était face au Japon en novembre. Lui-même s’est montré réaliste en estimant que, physiquement, il n’était pas une solution a long terme. Autre candidat polyvalent, le troisième ligne des Hurricanes, Vaea Fifita. Ce dernier avait explosé sur la scène internationale l’an passé en marquant un essai mémorable face aux Argentins. Depuis, Fifita court après sa forme, incapable de reproduire le même genre d’effort. De plus, il est souvent utilisé comme numéro 6 et sa dernière prestation contre l’Argentine il y a quinze jours n’a pas laissé un grand souvenir

Romano encore disponible

Reste donc Luke Romano, 33 ans, et qui n’a plus été appelé depuis 2016 après 31 capes. Un candidat solide, issue de l’écurie des Crusaders, donc un gage de solidité pour un joueur qui a l’habitude de jouer avec les Moody, Taylor, Franks, Whitelock, Barrett et autre Read. Il serait douteux que Steve Hansen et les sélectionneurs aillent chercher ailleurs pour trouver le candidat idéal. De plus, les premiers examens de l’épaule de Retallick sont nettement plus encourageant que prévu. Il ne souffrirait "que" d’une luxation et non d’une fracture d’un bras ou d’un arrachement des ligaments. Il ne devrait manquer que cinq ou six semaines et pourrait ainsi être aligné pour le début de la Coupe du monde. La confiance apportée à Retallick est telle que Steve Hansen le relancerait sans préparation digne de ce nom.

Jacques Broquet
Sur le même sujet
Réagir