• La période des amicaux est bientôt finie et pour l’Union, la récolte a été plutôt bonne avec 13 essais inscrits contre deux encaissés. Vendredi ils affronteront les Brivistes pour le dernier de la série.
    La période des amicaux est bientôt finie et pour l’Union, la récolte a été plutôt bonne avec 13 essais inscrits contre deux encaissés. Vendredi ils affronteront les Brivistes pour le dernier de la série. Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Match Amical

Bordeaux - Brive : de préparation, pas amical

L’UBB termine son cycle de matchs avant la reprise de Top 14 avec une dernière rencontre contre Brive à Chaban-Delmas. Une rencontre qui sera comme celles contre Toulon et Biarritz, de préparation, pas amicale.

Chez Christophe Urios et pour le nouveau staff de l’UBB, chaque détail a son importance et les mots en font partie. Aussi, pour qualifier cette série de confrontations ante Top 14, le mot amical a été banni. "On a dit aux joueurs que ce n’était pas des matchs amicaux, explique Frédéric Charrier, le coach des arrières. Ce sont des matchs de préparation. On veut se préparer du mieux possible. On n’a pas de temps à perdre pour le début du championnat." Un cadre clair. Les joueurs de l’UBB ont désormais eu le temps de découvrir les coachs, leurs styles et leurs façons de faire. Et visiblement, cela "tilte" bien entre les deux parties. "Tout a changé de A à Z, affirme Nans Ducuing. Christophe est arrivé avec une nouvelle formule, son management à lui. Et oui, les systèmes, les annonces, la façon de jouer devant, derrière, le liant entre avants et trois-quarts, tout est différent."

Et pour l’instant, les matchs amicaux se soldent par un beau score de 13 essais marqués contre deux seuls encaissés. De quoi se rassurer même si le staff se veut prudent. "Pour l’instant, cela se passe très bien, précise Frédéric Charrier. On sera sous pression et en difficulté à certains moments dans la saison et il faudra être capable de tenir le cap pour continuer d’avancer."

"Le mode Top 14, on s’y était mis déjà"

Aussi, la réception de Brive a toute son importance. Car ce dernier match, de préparation, devrait permettre "d’avoir un peu plus de certitudes par rapport au premier match contre Toulouse". Alexandre Roumat s’attend "à un combat âpre et rude devant parce que c’est une équipe qui est très gaillarde". Le CABCL a en effet accroché longtemps Montpellier et le Racing. Pour l’UBB, le mode de fonctionnement Top 14 est enclenché. La semaine est d’ailleurs similaire aux futurs semaines "types" du championnat. "Avec un début de semaine très chargé lundi, mardi, comme la séance de cet après-midi. Mercredi, on a fait repos la semaine dernière. Et après, on bascule sur la préparation du match." Le groupe sera rétréci. "On va voir par rapport aux blessés, mais c’est sûr qu’il y aura moins de rotation que sur le match de Biarritz, précise Frédéric Charrier. Sur ce match, sur certains postes, on était 3, là, on ne sera que 2. Donc on va réduire le groupe à 26-27-28 en fonction des petits bobos."

Questions blessés, l’Union déplore des problèmes de dos pour Marco Tauleigne et pour Alexandre Flanquart, un coup au mollet pour Jean-Baptiste Dubié et une plaie pour Ben Botica. Rien de grave a priori. D’ailleurs, une autre atmosphère règne sur le stade André Moga, avec des supporters ravis, des sourires, des plaisanteries, des applaudissements même. Tout va bien à l’Union pour l’instant. Ce nouvel état d’esprit se reflète aussi dans les paroles d’Alex Roumat sur la défense. "Il ne faut rien lâcher, rappelle-t-il. Peu importe le score, peu importe la minute. Que tu en prennes 40 ou que tu sois devant, on l’a vu contre le Stade toulousain l’année dernière. On l’a vu sur d’autres matchs du Top 14. Il faut prendre des points partout, tout le temps. Il ne faut rien lâcher." Brive peut s’attendre à une belle réception, vendredi soir.

Jean-Yves Saint-Céran
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir