• Photo Icon Sport
    Photo Icon Sport Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Match Amical

Giudicelli : le guerrier au bandeau

Corse d’origine, Vincent Giuducelli, s’apprête à vivre un moment fort en affrontant Toulon à Bastia vendredi. Un troisième match amical qui doit permettre au MHR de monter en puissance.

Parlez-lui de son "île de beauté" et Vincent Giudicelli perd toute forme de rationalité dans ses propos : "À mes yeux, ce match amical contre Toulon à Bastia, est presque comme une rencontre de phases finales !" Le cœur a ses raisons. Et le jeune homme à la Corse tatouée à l’âme. C’est sa madeleine de Proust. Sa simple évocation lui rappelle ses doux souvenirs d’enfance et accentue comme par magie, son accent chantant : "C’est un moment particulier pour l’histoire de ma famille (paternelle, N.D.L.R.) qui est originaire de Penta-di-Casinca, un petit village situé à une demi-heure de Bastia. Mon père, qui habite là-bas, sera présent au stade comme des amis. Je suis très fier de mes origines corses et j’ai un attachement fort à cette île. Alors, jouer à Armand-Cesari, un stade historique et mythique, c’est une chance et un honneur pour moi."

Le talonneur s’apprête à vivre un rêve, rendu possible par une discussion informelle l’an passé entre Vern Cotter et Tom Whitford. "Je discutais avec Vern de l’organisation des matchs amicaux et il me dit : "Il faut faire quelque chose de différent." J’ai alors pensé à la Corse, une île que j’apprécie. Et comme je suis ami avec le président de la Ligue Corse, je l’ai appelé pour lui proposer de venir disputer un test face à Toulon. Il m’a dit oui et il s’est occupé de tout. J’espère que ce sera un succès, car il le mérite", explique le team manager.

Le MHR au révélateur toulonnais

Le numéro 2 poursuit : "Je tiens à remercier le comité Corse (qui prend les frais à sa charge) car, sans lui, cela n’aurait pas eu lieu. C’est une belle occasion de donner l’envie aux jeunes de pratiquer ce sport, moins pratiqué sur l’île que dans l’Hexagone." Cette délocalisation est une première pour le MHR (parti mercredi) et l’intéressé, qui commence, lui, à retrouver ses sensations après une opération de l’épaule en mars et plus de trois mois d’indisponibilité : "Je suis plutôt bien physiquement et je vais revenir petit à petit à mon maximum." Révélation du début de saison passée (18 matchs, 10 titularisations et 2 essais), Giudicelli (22 ans) devra faire face cette année à la concurrence de deux "monstres" à son poste, Bismarck du Plessis et Guilhem Guirado ; ainsi qu’à celle de, Youri Delhommel. Mais avant de se projeter, il est concentré sur la réussite de son équipe, qui vient d’enchaîner deux succès poussifs face à Brive et Agen : "Notre jeu va s’améliorer avec le temps. Mais je trouve qu’on s’entraîne bien en ce moment et que nous commençons à mettre en place de bonnes choses en match. L’essentiel aujourd’hui est que le groupe ne fasse qu’un."

Optimiste, Vincent Giudicelli avoue que son équipe devra monter en puissance vendredi. À une semaine de l’ouverture du bal à Castres. Notamment au niveau de la maîtrise technique et dans deux secteurs encore balbutiants, la conquête et la défense : "Ce test doit nous mettre dans le bain du Top14, face à une grosse écurie et dans un stade que j’espère plein. Je pense qu’aucune des deux équipes ne prend ce rendez-vous comme une rencontre amicale. Je m’attends à un affrontement rude."

Julien Louis
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir