• Romain Ntamack (France) contre le pays de Galles marquant un essai sur une interception en début de seconde période
    Romain Ntamack (France) contre le pays de Galles marquant un essai sur une interception en début de seconde période Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Tournoi des 6 Nations

Ntamack : « Jouer une finale à Paris pour le dernier match »

Il a été le grand artisan de la victoire française à Cardiff ce samedi. Romain Ntamack malgré son tout jeune âge et les responsabilités qui pèsent sur ses épaules, débriefait la rencontre avec beaucoup de lucidité.

Que retenir après une telle victoire ?

C’est des matchs comme cela qui nous font progresser. Des matchs pleins de la 1ère à la 80e minute, avec des moments faibles que nous avons su gérer de la meilleure des façons. On a respecté le plan de jeu. S’appuyer sur ce qui a été de bien, travailler encore et c’est comme cela que l’on battra à nouveau les meilleurs. Dès jeudi prochain on repartira à l’entraînement et sur la rencontre en Ecosse.

Vous franchir une étape supplémentaire vers un possible Grand Chelem ?

On coche les cases mais on regarde les matchs les uns après les autres. Il ne faut pas s’emballer, il reste du chemin à faire. Le Grand Chelem n’est pas un mot tabou, mais on n’en parle pas pour le moment. Le seul mot qui revenait c’était plaisir. On n’y pense pas encore.

Votre interception et votre essai ont été un moment capital dans la rencontre ?

Je ne sais pas s’il faut le dire comme cela. Dans ces cas-là c’est du 50-50. C’est soit essai pour nous, soit pour les Gallois. Si je ne la tente pas, je pense que les Gallois marquent. Il y  a sur cette action une vraie part de chance, c’était un moment difficile pour nous, cela nous a remis la tête hors de l’eau et cela leur a fait mal à la tête.

Avez-vous l’impression d’avoir joué votre meilleur match en bleu ?

J’ai déjà joué de belles rencontres avec l’équipe de France. Collectivement quand vous avez un paquet d’avants qui domine comme cela derrière en dix c’est plus facile. Les coéquipiers m’ont facilité la tâche. Je me sens de mieux en mieux dans mes tirs au but. Je restais sur une prestation moyenne dans ce secteur face à l’Italie alors j’ai pas mal travaillé cette semaine.

Prenez-vous conscience que vous avez remporté une victoire marquante pour le rugby français ?

Non, nous ne réalisons pas encore l’importance de celle-ci. Elle l’était d’abord pour le groupe, elle nous fait surtout du bien. En tout cas c’est génial, car on sent qu’il y a énormément de soutien derrière nous. Nous avons un peu remis le drapeau français au sommet. Les supporters français ont réussi à éteindre le Millénium.

Dorénavant, vous allez jouer la victoire finale dans le Tournoi ?

L’objectif c’était de gagner les matchs rapidement. On a bien commencé, mais maintenant il faut se concentrer sur l’Ecosse pour espérer une espèce de finale sur le dernier match à Paris.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir