Le grand débat du mercredi : pour ou contre la création d'une division nationale ?

  • Le Grand débat du mercredi : pour ou contre la création d'une division nationale ?
    Le Grand débat du mercredi : pour ou contre la création d'une division nationale ? DR / DR
Publié le / Mis à jour le

Ce n’est pas que l’on raffole plus que ça de se pousser du col, non. Reste qu’on se dit, en notre for intérieur, que la rédaction de Midi Olympique n’est peut-être pas pour rien dans l’accélération du processus de la création d’un National dès cette saison… En effet, la divulgation dans ces mêmes colonnes du projet fédéral à l’horizon 2021-2022 avait fait l’effet d’une petite bombe dans le Landernau. Le refus par la LNR d’accéder à la proposition de Bernard Laporte de promouvoir Albi et Massy a fait le reste, ainsi que l’interview forte du président bressan, Jean-Pierre Humbert, appelant à créer un "National" "dès cette saison". Parce qu’en réponse à la Ligue, Bernard Laporte s’est emparé du dossier, prenant le soin de sonder personnellement tous les clubs de Fédérale 1 désireux de participer à l’aventure. Précipité, l’initiative ? Sans doute un peu même si c’est un sacré défi. La FFR avait depuis longtemps communiqué sur une Fédérale 1 à soixante clubs, nantie de cinq poules de douze "géographiques". Pas moins de dix-sept clubs avaient refusé leur promotion en élite amateur (sans oublier les cas de Bergerac et Villefranche-sur-Saône qui avaient carrément demandé leur relégation en Fédérale 2). Le tout sans savoir que la formule allait être bouleversée, permettant aux gros poissons de naviguer dans le même bocal…

4 millions versés par la FFR

Evidemment, les Cassandre ne vont pas manquer d’augurer que ce "National" pourrait connaître le même sort que la défunte Promotion Nationale lancée voilà vingt ans ou la poule élite (2016-2018), abandonnées puisque peu de clubs parvenaient à s’y pérenniser financièrement. Ce niveau oblige en réalité à supporter les désagréments des clubs pros sans en connaître les avantages, en premier lieu la manne des droits télé…

Alors, certes, ces derniers vont être rapidement renégociés et la FFR a également prévu de débloquer 4 millions d’euros pour accompagner les clubs dans leur aventure, notamment au niveau logistique. Suffisant pour envisager l’avenir dans la sérénité ? à voir…

Si l’intérêt sportif d’une division intermédiaire entre Fédérale 1 et Pro D2 semble indéniable, tous les clubs de Fédérale 1 ne l’entendent pas tout à fait de cette oreille, privés notamment des affiches de prestige qui faisaient tant de bien à leur trésorerie et faisaient encore la singularité de cette division. C’est le revers de la médaille. Que sera la Fédérale quand Albi n’ira plus gâcher ses chances de qualification à Mauléon ou que Bourg-en-Bresse n’ira s’empiéger dans l’adversité d’un déplacement à Châteaurenard ? Dans le même temps, l’intensité des derbies ne sera pas minorée et il y aura bien des locomotives pour tirer tout le monde vers me haut. Seul l’avenir le dira…

On se bornera à constater qu’à court terme, la FFR prend le risque d’une refonte impopulaire vis-à-vis des "petits" de la Fédérale 1. En outre, la création du "National" créera forcément deux déçus puisque celui-ci compte quatorze candidats (Albi, Aubenas, Blagnac, Bourg-en-Bresse, Bourgoin, Chambéry, Cognac-Saint-Jean-d’Angély, Dax, Dijon, Massy, Narbonne, Nice, Suresnes et Tarbes) pour seulement douze places… Ce à quoi ses opposants ne manqueront pas de répondre que ce risque est tout relatif avec la perspective d’un passage à 192 clubs en Fédérale 3 à l’horizon 2021-2022, pensé pour "rééquilibrer la pyramide des compétitions" et pour peser en sens inverse dans la balance électorale, à quelques mois du grand scrutin pour la présidence de la FFR…

Voir les commentaires (2)
Sur le même sujet
Réagir
Les commentaires (2)
TM1348 Il y a 1 mois Le 15/06/2020 à 13:29

L'impression d'une gouvernance du rugby à ....quatre vitesses prend forme. Loin de ménager les clubs amateurs, il s'agit bien de transformer les critères d'accession au secteur professionnel. Mesure de prudence, certes, mais en contre valeur un agrégat économique qui engendrera à terme un désintéressement des structures associatives. Celles qui , ne pouvant assurer un actif stable face à l'investissement obligatoire pour accéder au tableau supérieur, se tourneront vers le statu quo. D'autre part cette poule n'est elle pas, la formule introduisant une cours à l 'armement ? Les bruits de transferts concernant les clubs de cette poule le prouvent.
La valeur ajoutée permettra - t-elle l'émergence d'un nouveaux rugby ? C'est le seul intérêt de la formule

STaddict Il y a 2 mois Le 20/05/2020 à 19:33

Dans la tête de Bernié le Dingue il y a toujours un coté « affaire »... on verra