10 sur 10, l’UBB est de retour !

  • Les Girondins de Maxime Lucu (au centre) ont inscrit seize essais en deux rencontres.
    Les Girondins de Maxime Lucu (au centre) ont inscrit seize essais en deux rencontres. Icon Sport
Publié le

L'UBB ne connaît peut-être pas l'euphorie de la saison passée mais elle a atteint son objectif avec deux victoires primées en deux matchs à domicile.

Pour l’instant, le classement est particulièrement difficile à déchiffrer. L’UBB notamment s’est retrouvée dans une position délicate qu’il fallait prendre avec précaution, avec deux parties annulées et ces quatre matchs consécutifs à l’extérieur (si on compte la demi-finale européenne). Ceci dit, les deux couacs magistraux de Lyon et de La Rochelle ne doivent pas être minimisés. Ils ont fait mal à tout le monde. Mais depuis quinze jours, les hommes de Christophe Urios ont envoyé un signal à la concurrence. Deux matchs à domicile, deux victoires avec bonus, 111 points marqués et seize essais inscrits. Agen en a pris 71, Bayonne 43. Même les esprits les plus mesquins seront obligés de reconnaître que les Bordelais ont fait le boulot. Ce n’est peut-être pas la même euphorie que l’an passé mais c’est quand même de la belle ouvrage. Maxime Lucu, le demi de mêlée, a assez bien synthétisé ce retour de flamme : « On a mis les choses dans l’ordre. Notre paquet d’avants notamment a toujours avancé sur chaque ballon porté. Les rucks étaient par conséquent plus propres et derrière, nous les avons mis à mal sur les extérieurs. Surtout, nous avons su être patients. »

TEST À CASTRES

Dans le système de jeu d’une équipe moderne, il ne faut pas toujours s’attarder sur les joueurs les plus spectaculaires. Les schémas de jeu passent aussi par des courses et des gestes plus discrets ou plus subtils, une mécanique qu’il faut savoir enclencher. Alors, la saison 2020-2021 est-elle lancée ?

Lucu répond encore : « clairement, oui, après un mois compliqué où le moral n’était pas toujours au beau fixe les lundis matins. Retrouver Chaban nous a fait du bien mais je le répète, on retrouve un peu le rugby de la saison dernière. Notre conquête a bien fonctionné. Par exemple, aujourd’hui, nous avons réussi à resserrer le paquet d’avants de Bayone qui avait du mal à circuler autour des rucks. C’est pour ça, par exemple, que Matthieu Jalibert s’est engouffré dans les brèches. »

Le joueur formé à Saint-Pée-surNivelle n’a pas caché qu’il avait connu des moments assez difficiles : « On a douté alors que l’état d’esprit était un de nos points forts l’an passé, à l’image du paquet d’avants et de la défense. Alors, tu t’engueules, comme dans toute équipe quand elle est dans le dur. Nous avons ainsi voulu prendre ces deux matchs à la maison comme un nouveau départ après ces matchs où on baissait la tête à la moindre erreur et on était pris dans les rucks. »

Contre Agen, les Bordelais avaient insisté sur la « passe de plus », signe de confiance. Contre Bayonne, ce fut plutôt la poigne de fer du pack. « Je ne garde pas une image plus qu’une autre, mais plutôt le fait que tous nos essais ont été construits et que nos lancements ont été appliqués à la lettre. »

L’UBB a rappelé à tout le monde ce qu’elle savait faire, c’est un fait. Mais Christophe Urios a le sens de la conclusion, il nous en a fourni une clé en main ! « On s’est remis à cheval mais on ne galope pas encore ou alors pas vite. Ce match était essentiel. Celui de Castres sera capital. Là-bas, on sera attendus, ils sont en confiance. Je sais comment ils vont nous jouer, je sais comment on va les jouer. »

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?