Fini les complexes pour les Damiers

  • Fini les complexes pour les Damiers Fini les complexes pour les Damiers
    Fini les complexes pour les Damiers Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Après s’être relancé dans la course au maintien lors du précédent bloc, le VRDR sait que sa situation reste préoccupante. Mais il garde confiance.

Alors oui, les deux précédentes sorties du VRDR n’ont pas été accompagnées des résultats escomptés (défaite à Aix-en-Provence et nul contre Soyaux-Angoulême), mais une chose est certaine, voilà presque deux mois que les hommes de Johann Authier travaillent avec moins de complexes et davantage de certitudes. Depuis cette défaite - mal vécue - face à Perpignan le 10 décembre, « face à qui on ne s’était pas battu comme on le devait », insiste le coach, « on a ensuite très vite retrouvé un état d’esprit et une force mentale. On ne l’avait pas validé à Aurillac où l’on a une occasion pour gagner à la fin mais après, avec ces trois succès consécutifs ». À l’heure de débuter un nouveau bloc du côté de Béziers, se remémorer la victoire à Biarritz il y a un mois sera opportun. « C’était notre première à l’extérieur en Pro D2. Elle a forcément une connotation car elle a libéré les joueurs. Si on est capable de le faire chez l’une des meilleures équipes de la division, c’est que l’on est capable de le refaire », et on est en droit de l’espérer. Outre le mental et ces belles paroles, sur quelles bases concrètes le VRDR peut-il s’appuyer ? Sur une bonne conquête, un jeu d’avants performant et sa capacité à se montrer discipliné. « Maintenant si on veut passer la vitesse supérieure, il faut qu’on arrive à être un peu plus complet et retrouver notre allant offensif qui faisait notre force en début de saison. Et être plus solide dans nos temps faibles », reconnaît Johann Authier.

« Ça bosse dur, on croît en nous »

Une fois le constat dressé et un rappel de la position de 15e qui fait état « d’une situation d’urgence car on est dans la zone rouge », Valence-Romans s’estime malgré tout dans la bonne direction pour essayer d’aller décrocher ce maintien. « Ce qui est souvent compliqué dans notre situation, c’est de rester ambitieux en ayant la pression constante du résultat. Il faut que l’on arrive à se défaire de ça, et que l’on se dise que ce qui est nécessaire, c’est d’avoir cette volonté de créer des choses. insiste l’entraîneur. Même si des choses sont perfectibles, ça bosse dur. On croit en nous. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Julien Plazanet
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?