Bayonne a une farouche volonté de survivre !

  • Après leur défaite à domicile contre le Stade français, les Bayonnais de Jean Monribot devront passer par la case barrage pour se maintenir.
    Après leur défaite à domicile contre le Stade français, les Bayonnais de Jean Monribot devront passer par la case barrage pour se maintenir. MO Pablo Ordas - Pablo Ordas
Publié le

Dominés par les Parisiens, logiquement défaits, les Bayonnais ont été tout de même à deux doigts du maintien. Les voilà barragistes au bout d’un cruel épilogue.

Un gros coup sur la tête ! Dont il a la ferme intention de s’en remettre. L’Aviron bayonnais n’est pas abattu. Et a résolument basculé vers le barrage dès la fin du match. Optimisme au bout des lèvres. Certes, Bayonne a été surclassé par le Stade français et la logique a été respectée. Les Parisiens ont dominé l’ensemble du match,  ont été supérieurs en conquête, mêlée et touche, mais l’ont emporté sur le fil, avec une petite marge de trois points. Le bonus défensif aurait pu suffire aux Bayonnais. Épilogue cruel pour eux. La Section paloise arrache sa place dans le Top 14 après la sirène. « C’est la beauté du sport ! » nous avait déclaré Peyo Muscarditz à propos des scénarii possibles avant cette dernière journée à rebondissements. Prémonitoire. Mais les Bayonnais ne sont pas revenus sur les ricochets de cet épilogue du championnat. Se concentrant sur eux comme ils l’ont fait ce dernier mois sachant que personne ne leur ferait de cadeau, pour reprendre cette expression de Yannick Bru. Ils n’en veulent à personne mais peuvent tout de même nourrir des regrets sur cette fin de saison. Le match de Montpellier, par exemple, la semaine avant, aurait pu leur permettre d’éviter ce barrage. La victoire n’est pas passée loin. Mais elle n’était pas au rendez-vous…

Un match résumant les difficultés de l’Aviron

Ce match face au Stade français résume les difficultés des Basques. Beaucoup de générosité, une grosse présence défensive mais peu de ballons pour pouvoir inquiéter l’équipe adverse. Et pourtant, le déroulé du match aurait pu les amener vers la victoire, voire le match nul qui aurait été suffisant. Ils n’ont cédé qu’à six minutes du terme sur une pénalité de Joris Segonds, bien malheureux en première période, avec trois tentatives manquées dont une des 22 mètres en face des poteaux. Juste avant, à dix minutes de la fin, Gaëtan Germain avait échoué sur une pénalité, difficile néanmoins, pouvant mettre les siens en tête. Et jusqu’au bout ce point de bonus défensif avait permis d’espérer.

C’est cet état d’esprit souligné par le manager qui aura permis à l’Aviron de tenir tête au sixième du Top 14. Au terme d’un mois riche en performances avec notamment la victoire à Toulouse qui aura été un déclencheur. Elle était intervenue après la lourde défaite face à Bordeaux-Bègles. Depuis l’Aviron a nettement progressé.

Jusqu’à cet ultime épisode où le sentiment d’amertume, de contrariété, a été aussitôt remplacé par celui, non pas du rachat mais de l’envie de montrer qu’il vaut mieux qu’une place de barragiste. Les propos de Jean Monribot à ce sujet sont éloquents : « Bien évidemment, il y a de la déception. C’est cruel. Mais l’engagement des joueurs était à 100 %. Il y en a eu aussi à Montpellier, la semaine dernière où on aurait pu faire mieux. Comme j’ai dit aux mecs sur le terrain, il faut de suite relever la tête. Ce match, il faut l’oublier. Maintenant, il y a le match le plus important de la saison qui va vite arriver. Il faut déjà s’y projeter. »
L’Aviron qui a surmonté bien des embûches cette saison ne veut plus s’y appesantir. Sa force du moment. La route du maintien est courte : 4,769 kilomètres. Avec aussi d’autres chausse-trappes…
 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Edmond Lataillade
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?