Bleus : quelle équipe pour la Géorgie ?

  • Matthieu Jalibert (France), face à l'Argentine.
    Matthieu Jalibert (France), face à l'Argentine. Midi Olympique. - Patrick Derewiany.
Publié le , mis à jour

Dimanche soir, le staff des Bleus était encore en pleine réflexion concernant l'attitude à adopter face aux Géorgiens, ce week-end. Alors, grande lessive ou savant panachage ?

La Géorgie, ce sont 20 000 licenciés recensés parmi 4 millions d'habitants, une douzième place au classement mondial de World Rugby et 18 joueurs issus du chapionnat de France actuellement regroupés à Bordeaux, où la sélection nationale effectue sa préparation. Puissance émergeante de la planète ovale, la Géorgie a participé à toutes les coupes du monde depuis 2003 et aspire aujourd'hui à intégrer le Tournoi des 6 Nations, dont la porte lui est jusqu'ici restée close.

En manque de grands matchs, les Lelos (le surnom des rugbymen géorgiens) voient donc ce test contre la France, une nation qu'ils n'ont pas croisée depuis quatorze ans, comme une chance de s'étalonner face à une sélection majeure de la planète. Mais alors, que sait le staff des Bleus à propos des Lelos ? Pour appréhender ce second test, Fabien Galthié et ses adjoints se sont avant tout appuyés sur la dernière sortie officielle des Géorgiens face à l'Afrique du Sud (défaite 40 à 9), l'été dernier. Quant à savoir ce qu'ils en ont retenu, on s'en tiendra pour l'instant à l'idée reçue voulant que les rugbymen géorgiens sont forts en mêlée, bien organisés en touche, très agressifs sur les impacts mais assez limités dans l'animation offensive...

Le Roux et Couilloud sont indisponibles

Du côté des Bleus, on était encore dimanche soir en pleine réflexion concernant l'attitude à adopter contre les Lelos du Caucase. Faudrait-il reconduire en intégralité les poussifs vainqueurs de l'Argentine ? Serait-il au contraire nécessaire de les laisser tous au repos, le match face aux All Blacks survenant dans la foulée ? Ou alors, la raison inciterait-elle Galthié et ses adjoints à panacher leur quinze de départ ?

Avant que la tournée d'automne ne débute, les têtes pensantes tricolores avaient opté pour une large revue d'effectif pour ce deuxième round de la tournée  mais il semble que la première sortie des Bleus, contre les Pumas, ait fait réfléchir l'encadrement. De toute évidence, les coéquipiers d'Antoine Dupont manquent de vécu commun, de liant et dans ce but, une sortie à balles réelles face aux Géorgiens est de nature à plaire aux coachs, avant la Nouvelle-Zélande. D'un autre côté, le XV de France n'aura que six jours pour préparer le choc face aux All Blacks (le XV de France n'a pas battu les Tout Noir depuis l'automne 2000) et en ce sens, les présumés titulaires de la sélection laisseraient inévitablement des plumes face à des Caucasiens épais, bien préparés et surmotivés. Concernant la compo d'équipe, on en saura ainsi davantage mercredi soir, à l'occasion du traditionnel entraînement à haute intensité des Tricolores à Marcoussis. Il est à noter, enfin, que Bernard Le Roux (blessé à la cuisse) et Baptiste Couilloud (touché à un mollet) ont été dimanche soir remplacés dans le groupe France par le Palois Clovis Le Bail et le Rochelais Uini Atonio.  

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?