Tendance : Les folles soirées de "Mon Désir"

  • À gauche, Jean-Luc Joinel intercepte un ballon face à l'Ecosse en 1982. Le deuxième ligne sera l'un des animateurs du groupe tricolore en Nouvelle-Zélande cinq ans plus tard.
    À gauche, Jean-Luc Joinel intercepte un ballon face à l'Ecosse en 1982. Le deuxième ligne sera l'un des animateurs du groupe tricolore en Nouvelle-Zélande cinq ans plus tard. Icon Sport - SnsPix
Publié le

Vous ne pouvez l’ignorer : dans un peu moins d’un an sera donné le coup d’envoi de la Coupe du monde et les gaziers de Galthié, enfermés au country club de Saint-Cloud, vivront nécessairement au fil de ces quelques semaines d’enfermement des trucs de dingue. Des trucs aussi dingues, peut-être, que ceux vécus par les Bleus de Jacques Fouroux en Nouvelle-Zélande pour le tout premier Mondial de l’histoire.

Vous voulez vraiment tout savoir ? Lors de cette Coupe du monde, le deuxième ligne Jean-Luc Joinel fait donc partie des cadres du groupe France et des grands entertainers de la sélection. Ce soir de juin 1987, il décide donc de surprendre Yves Noé, dirigeant historique de la FFR et directeur de la tournée du XV de France au bout du monde. Après avoir épluché les petites annonces du New Zealand Herald, le quotidien local, le Briviste Joinel emprunte alors le téléphone de la réceptionniste de l’hôtel « Mon désir », à Takapuna, et se lance, sabre au clair, dans un coup pendable. À ce souvenir, il se marre : « À ce moment-là, j’appelle une jeune et jolie masseuse et lui donne rendez-vous devant la chambre d’Yves Noé. »
À l’époque, ledit Noé a 66 ans et, depuis toujours, son accent rocailleux de Carcassonne enchante les joueurs du XV de France. Joinel poursuit : « Une fois que j’ai tout expliqué à la masseuse, celle-ci frappe à la porte d’Yves et nous, on se planque à proximité. » Dans un anglais médiocre, Yves Noé, d’abord surpris, fait finalement entrer la jeune fille. La suite ? Elle appartient désormais au secret du vestiaire. Enfin, presque… Parce que Joinel enchaîne à présent : « Le lendemain matin, quand Yves a débarqué au petit-déjeuner, il était plus le plus heureux des hommes, ça se lisait sur son visage. Il nous a dit en roulant les « r » : « C’est un beau bordel, cette équipe de France ! Des branleurs envoient même des filles nous réveiller, tard dans la nuit ! »» Face aux joueurs, hilares, Yves Noé précise alors avoir demandé à son invitée de rentrer sagement chez elle. « Tu parles !, conclut Joinel. On avait tout vu ! La fille a passé la nuit dans sa chambre ! Mais bon, ils ont peut-être joué au tarot tous les deux, allez savoir… » Allez savoir, oui.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?