Top 14 - Toulouse, l’inconnue habite au numéro 15

  • Dimitri Delibes (Toulouse).
    Dimitri Delibes (Toulouse). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Toulouse En l’absence de ses quatre arrières internationaux, et de plusieurs de ses ailiers polyvalents, le staff des Rouge et Noir va devoir improviser à ce poste ce samedi.

Le Stade toulousain possède cette particularité de compter dans son effectif quatre arrières internationaux : Melvyn Jaminet et Thomas Ramos qui se partagent le poste en équipe de France, Ange Capuozzo devenu premier choix avec l’Italie et Juan Cruz Mallia le numéro 15 titulaire de l’Argentine. La réception du Stade français est le seul match de l’exercice 2022-2023 où tout le quatuor (sauf blessures évidemment) est absent en même temps, en raison de la fenêtre internationale de novembre (même si Jaminet est actuellement à l’infirmerie). C’est forcément un casse-tête pour le staff des Rouge et Noir, qui a essayé de l’anticiper. "Mais on a beau le préparer, les aléas de la saison, entre les sélections et les blessés, font que nous sommes obligés de nous adapter, d’être réactif et de trouver des solutions parfois dans l’urgence, explique Clément Poitrenaud. Très sincèrement, c’est un peu ce que l’on va faire contre le Stade français. Parce qu’au-delà des quatre arrières de métier, nous avons aussi des ailiers qui peuvent évoluer en 15 (comme Matthis Lebel, N.D.L.R.) mais qui sont absents aussi. Cela fait beaucoup d’arrières potentiels qui ne sont pas là."

"On travaille plus sur les rôles"

À l’image de l’ouvreur, alors que Romain Ntamack, Thomas Ramos et même Antoine Dupont sont en sélection, Toulouse veut s’appuyer sur ce qui fait sa culture maison. "Comme pour les autres postes, on répète souvent qu’on cultive la polyvalence de nos joueurs, poursuit l’entraîneur des trois-quarts. Le numéro reste un numéro, et on travaille plus sur les rôles que sur le numéro dans le dos. On va essayer d’appliquer les mêmes recettes pour pallier les absences de nos arrières et trouver un joueur susceptible de pouvoir assurer l’intérim. On a bien bordé la chose cette semaine avec les garçons concernés, de façon à leur faciliter la tâche et enlever un peu de stress inhérent aux responsabilités qu’on donne à l’arrière chez nous." À Bayonne déjà, quand Mallia a glissé à l’ouverture en cours de match, l’encadrement a improvisé. "Arthur Retière y a joué un bout de match, Dimitri Delibes aussi, note Poitrenaud. On a des options pour affronter le problème." Le hic ? L’ancien Rochelais a reçu un coup au-dessus du genou qui devrait le priver du match ce samedi. Delibes, convaincant à Jean-Dauger mais revenu jeudi à Ernest-Wallon après avoir passé le début de semaine à Marcoussis, pourrait être l’alternative privilégiée, même si Arthur Bonneval s’est aussi entraîné à ce poste ces derniers jours. Forcément, l’équipe perdra de la qualité au pied, quel que soit le choix, même si le retour à la compétition du demi de mêlée Paul Graou permet de répondre à ce fameux équilibre des rôles évoqué par Poitrenaud.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?