Pro D2 - Mont-de-Marsan a retrouvé le rythme

  • Les Montois de Kaminieli Rasaku terminent l’année 2022 à la deuxième place du classement, derrière Oyonnax.
    Les Montois de Kaminieli Rasaku terminent l’année 2022 à la deuxième place du classement, derrière Oyonnax. Icon Sport - Johnny Fidelin
Publié le

Deuxième bonus offensif consécutif, quatrième victoire d’affilée, le Stade Montois a soldé son mois d’octobre manqué et finit la phase aller en dauphin d’Oyonnax.

Il n’y a pas vraiment eu de suspense sur la pelouse des frères Boniface entre Landais et Audois. Le Stade montois s’est imposé sans trembler. Pierre Aguillon, le capitaine carcassonnais, ne pouvait que constater l’écart entre une équipe de nouveau installée dans le top 6 et son groupe qui bataille en bas de classement : "C’est dommage que nous ne soyons pas capables de tourner à la pause à 20-13 alors que nous venions de revenir dans le match. Mais je ne veux pas accabler l’équipe. Personne n’a triché ce soir et ce bloc reste positif avec trois victoires en cinq rencontres. Nous avons su redresser la tête après un début de saison manqué et j’espère que cela va nous servir pour la suite. En janvier, c’est une autre saison qui va commencer et il faudra garder l’état d’esprit qui nous anime depuis quelque temps pour trouver la constance qui nous manque encore. Mais ce soir, nous savions que ce serait difficile face à des Montois qui sont en pleine confiance" En effet, cette équipe landaise a basculé depuis un mois et demi dans une autre dimension. Elle a retrouvé son efficacité en même temps que le retour de nombreux blessés et elle se pose de nouveau en candidat sérieux à la qualification si elle sait maintenir ce niveau d’engagement et ce pragmatisme affiché lors des dernières rencontres.

Rendez-vous à Aurillac

Face à Carcassonne, elle a impressionné par la puissance de son paquet d’avants, qui a roulé sur un adversaire pourtant réputé dans ce domaine. Vainqueurs dans quasiment tous les duels, les Jaune et Noir ont ainsi joué systématiquement en avançant, facilitant la tâche d’une charnière encore épatante qui a pu conduire le jeu à sa guise, et mettre sur orbite à plusieurs reprises, malgré des conditions de jeu très dégradées, ses flèches, De Nardi et Rasaku en particulier. Et que dire de l’appétit défensif qui est redevenu la base du jeu montois, matérialisé par un nombre conséquent de placages offensifs venus agrémenter cette soirée pour le plus grand plaisir les supporters landais. Petit à petit, ce Stade Montois se rapproche donc de son standing. Il ne manque plus grand-chose. Sa confiance retrouvée, son allant collectif et l’épaisseur de son banc sont des atouts non négligeables pour la suite. Encore faut-il que cette trêve ne vienne pas rompre la dynamique. Julien Tastet, l’entraîneur des avants montois, avait un sentiment mitigé sur le sujet : "Nous regrettons presque cette coupure au vu de nos dernières prestations, disait-il en souriant. Plus sérieusement, les joueurs ont besoin de souffler car nous les avons pas mal bousculés ces derniers temps et l’état des terrains a entamé les organismes. Cette coupure va leur faire du bien, mais ils vont devoir revenir en forme dès la reprise."

Une reprise en forme de défi : aller s’imposer à Aurillac, en janvier, face à une équipe intraitable à domicile et qui est définitivement rentrée dans le groupe des outsiders.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierre BAYLET
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?