Colomiers à sa main

  • Josua Vici s’est illustré en inscrivant l’essai du bonus en début de deuxième mi-temps.
    Josua Vici s’est illustré en inscrivant l’essai du bonus en début de deuxième mi-temps. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Victorieux sans trembler des Audois, les Haut-Garonnais n’ont pas livré le match parfait, mais cette prestation aboutie doit leur permettre d’engranger une confiance nécessaire pour les prochaines échéances.

La colombe columérine regagne petit à petit du tonus. C’est l’un des principaux enseignements à tirer de sa confrontation face à Carcassonne, un adversaire moins bien classé, venu amoindri et en manque de repères certains, après des dernières semaines tronquées et complètement désorganisées sur le plan sportif, en raison de l’épidémie de Covid-19. Insuffisant toutefois pour que les joueurs du président Carré prennent leurs hôtes du soir de haut, qui les avaient coiffés sur le poteau à l’aller début novembre.
Il aura fallu tout de même une bonne demi-heure avec le vent dans le dos pour que Romain Bézian et sa bande prennent la pleine mesure des Audois. « On les savait denses, massifs devant mais on ne s’attendait pas forcément à ce qu’ils produisent du jeu sur les extérieurs. Ils nous ont un peu surpris » analysait justement le numéro 8 columérin pour expliquer l’entrée relativement en douceur des siens dans la partie. Pour trouver « le bon rendement », Colomiers s’est donc appuyé dans un premier temps sur sa défense de fer - la meilleure du championnat en termes d’essais encaissés - pour briser les quelques velléités adverses.
 

L’allant offensif de retour

La suite ? Une relative domination en conquête, une grosse agressivité défensive ailleurs que dans ses 22, et une jolie maîtrise sur des choses simples - exception faite peut-être de quelques renvois à nouveau mal négociés - comme les ballons portés avec Hikawera Elliot à la conclusion. Enfin, une belle abnégation à ne pas se laisser aller malgré deux essais en leur faveur refusés à la vidéo. « J’ai cru qu’on n’allait jamais y arriver » en rigolait presque Romain Bézian. Il en faut plus pour décourager cette équipe qui pour une fois depuis bien longtemps s’est épargné quelques sueurs froides en fin de partie. Avec une avance de 17 pts à la mi-temps, les Columérins n’ont pas baissé le pied. Et c’est l’inévitable Josua Vici, très en jambes pour son retour qui inscrivit six minutes après la sortie des vestiaires, l’essai du bonus, sécurisé un quart d’heure plus tard par une réalisation en force de Saaidia, à nouveau sur ballon porté.

« C’est la première fois qu’on vit depuis mi-octobre et la réception de Soyaux-Angoulême une fin de match plus sereine, sans le couteau sous la gorge avec un bonus préservé en plus » rajoutait Bézian. Pour rajouter de la valeur à ce succès, il ne faudrait pas oublier de dire que les Columérins ne se sont pas contentés de faire des ballons portés. Ils ont évacué la frustration de Vannes, où ils n’avaient pas été à leur sens récompensé de leurs séquences offensives intéressantes, en tenant à nouveau le ballon. Ce qui a amené du déchet et de la précipitation comme le pointait du doigt Julien Sarraute avec de nombreux en-avant et quelques mauvais choix. Mais avec cet équilibre « entre jeu au large, jeu d’avants et occupation » comme le constatait Thomas Girard, les Columérins, « s’ils ne maîtrisent pas encore tout » peuvent au regard de ce deuxième bonus offensif de la saison, nourrir de légitimes ambitions pour la suite. Avec confiance, sans suffisance.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Enzo Diaz.
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?