Pour Galthié l'épisode Covid laissera des séquelles

  • Pour Galthié l'épisode Covid laissera des séquelles Pour Galthié l'épisode Covid laissera des séquelles
    Pour Galthié l'épisode Covid laissera des séquelles PA Images / Icon Sport
Publié le , mis à jour

Pour la première fois depuis sa prise de pouvoir, le sélectionneur Fabien Galthié est confronté à une grave crise interne mais aussi externe. Comment s’en sortira-t-il ? Et quelles seront les conséquences de cet épisode ? Eclairage.

Fabien Galthié a-t-il commis une faute ? « L’enquête le dira » a répondu vendredi en fin de journée le président de la FFR Bernard Laporte chez nos confrères de RMC balayant les informations de L’Équipe confirmées par Midi Olympique, selon lesquelles la bulle sanitaire aurait été percée par le sélectionneur, déclaré cas suspect dès le 16 février dernier. Les faits se seraient produits durant la semaine de préparation du match Irlande-France, deuxième et dernier match en date du XV de France. « Tous mes agissements sont conformes au protocole sanitaire, s’est défendu Galthié. Je ne comprends pas ces accusations non justifiées.» Dans un contexte étouffant pour l’ancien demi de mêlée, Bernard Laporte lui a apporté un soutien presque sans faille : « Fabien m’a dit qu’il avait respecté le protocole et je le crois, a déclaré le président de la FFR. Pour moi, il n’y a pas de faute. » Mais il a aussi ajouté : « Si le rapport dit que des gens ont failli, il faudra prendre des sanctions, c’est une évidence », rejetant toute de même vertement l’idée de se séparer de celui qui a remis les Bleus sur le chemin de la victoire.

Un perte de confiance en son discours

Ici, il n’est nullement question de jeter l’opprobre sur Galthié. Quand bien même l’ancien demi de mêlée aurait enfreint le protocole sanitaire, cela ne le désigne pas pour autant comme le patient zéro responsable du cluster XV de France. Force est de s’interroger sur la crédibilité d’un sélectionneur qui, à sa prise de fonction, a érigé l’état d’esprit et le respect du cadre posé par le staff comme la pierre angulaire de son projet. Souvenez-vous de cette séquence diffusée par nos confrères de France Télévisions au cours de laquelle Fabien Galthié, face au troisième ligne du Racing 92 Wenceslas Lauret, assène : « Nous, on va mettre un cadre qui n’est pas négociable. Dans le cadre de vie, on va vous donner - ce qui n’était pas fait - une planification sur la compétition. On vous demande de dire dès aujourd’hui, si vous acceptez ce cadre […] Si des joueurs disent oui mais sortent du cadre, ils repartent. Il y a des taxis qui vous attendent, on n’en parle pas, on ne bataille pas, on ne laisse pas d’énergie. » En son for intérieur, le patron des Bleus sait pertinemment qu’il a commis une erreur lourde de conséquence. Selon un proche, « il est dans la peau d’un enfant pris la main dans le sac en train de voler des bonbons à la boulangerie ». Un autre précise : qu’il est « au plus mal, qu’il se pose beaucoup de questions ». Au sein de l’effectif tricolore, plusieurs voix se sont fait l’écho d’une perte de confiance en son discours. Certains lui en veulent franchement d’avoir rompu le pacte signé dès le début de l’aventure.

Et puis, quelle image renvoie-t-il au monde amateur, privé de rugby depuis de trop longues semaines et qui a appris vendredi que sa saison était d’ores et déjà terminée. Le XV de France était une bouffée d’oxygène pour ses milliers de licenciés. Ils en ont aussi été privé. Sans conséquence majeure pour Galthié. Pour l’heure, il jouit de son image et de ses bons résultats à la tête des Bleus. Mais pour combien de temps ?

Bref, les conséquences, à divers titres, risquent d’être lourdes à gérer pour un homme peu épargné ces dernières années.

------------------------------------------

Il est mal dans sa tête

Dans cette affaire, Fabien Galthié est sans doute le plus malheureux. Peut-être sait-il que ce qu’il s’est attaché à construire depuis sa prise de pouvoir à la tête du XV de France s’est écroulé en quelques jours. La fin d’un état de grâce en quelque sorte pour celui qui a remis le XV de France sur le devant de la scène. Depuis l’annonce de son test positif à la Covid-19, le sélectionneur s’est fait discret. Pour ne pas dire muet. D’abord, parce qu’il a été placé à l’isolement. Ensuite, parce qu’il a probablement au fond de lui de lourds remords. Plusieurs témoins ont rapporté, par-delà l’épisode de fièvre dû à la Covid-19, son mal-être et son inquiétude sur les suites de cette affaire qualifiée de « Bubble gate » dans la presse anglo-saxonne.Lors du prochain rassemblement des Bleus, il lui faudra faire preuve de diplomatie et de conviction vis-à-vis de ses joueurs.Et peut-être se livrer à un mea culpa ?

Sa dynamique sportive brisée

C’était beau. Deux matchs, deux victoires, dont une historique remportée en Irlande où les Bleus ne s’étaient pas imposés depuis 10 ans. Malgré quelques absents notables comme l’ouvreur Romain Ntamack, le flanker François Cros ou le centre Virimi Vakatawa, la confiance du XV de France était au beau fixe.Et les remplaçants des joueurs cités affichaient des performances qui faisaient justement oublier ces absences. Bref, nos Bleus venaient de remporter un « match d’hommes », comme le martelait le capitaine Charles Ollivon après la victoire à Dublin. Et ils abordaient ce choc contre l’écosse en profitant d’une superbe dynamique. Pour couronner le tout, les écossais n’auraient pu compter sur leur droitier Zander Fagerson, suspendu après avoir reçu un carton rouge contre le pays de Galles. Le match France - écosse reporté, cet élan est brisé. Ou au moins suspendu. Fort heureusement, on espère qu’il n’entamera pas l’ambition de nos Bleus. C’est, en substance, ce qu’a déclaré Romain Ntamack en marge de l’annonce du calendrier de la prochaine Coupe du monde, vendredi : « Cet épisode ne va pas briser l’élan. Cela n’a rien à voir avec le sportif. Cela ne changera pas l’ambition qui est la nôtre. Je ne suis pas inquiet pour la fin du Tournoi. »

Sa fracture avec le groupe

Depuis le début de son mandat, Fabien Galthié avait érigé le fameux « cadre de vie » au rang de livre sacré. Un ensemble de règles, de droits et de devoirs qui devaient garantir le bon fonctionnement humain et sportif du groupe France. Un cadre « non négociable », comme l’avait posé le sélectionneur, accepté et respecté par le staff et les joueurs. Une ligne de conduite qui garantissait un climat de confiance et de solidarité entre les différents acteurs. Mais aujourd’hui, que vaut encore ce contrat si son auteur ne l’a pas respecté ? À n’en point douter, les écarts du sélectionneur ont passablement agacé les membres du groupe XV de France qui, pour la première fois, ne se sont pas gênés pour évoquer leur ras-le-bol de façon anonyme dans les médias. À tel point que Bernard Laporte, le président de la FFR lui-même, aurait demandé expressément vendredi matin dernier aux joueurs de tenir leurs langues avec les médias… Un rappel à l’ordre autoritaire et brutal qui montre à quel point le fameux « cadre de vie » vertueux et épanouissant du XV de France est troublé. Placé à l’isolement dans sa chambre à Marcoussis, Fabien Galthié n’a pu, pour le moment, parler avec ses joueurs. Au vrai, on ignore comment ces derniers réagiront quand le sélectionneur s’adressera à eux. Mais ce qui est sûr, c’est qu’il faudra beaucoup de dialogue et de compréhension de chacun pour reconstruire les bases d’une relation vertueuse jusqu’ici fondée sur la droiture, la franchise et l’honnêteté.

Une possible sanction

Pour l’heure, la lumière n’a pas encore été faite et la présomption d’innocence prévaut. Le patient zéro, étiquette déjà passée dans le dos de plusieurs « coupables », n’est pas encore clairement identifié. Mais si l’enquête, réalisée à la demande du ministère des Sports, devait désigner Fabien Galthié comme le coupable, sera-t-il sanctionné ? La question s’impose. Bernard Laporte, sur RMC comme devant les joueurs du XV de France vendredi matin, a affirmé que le sélectionneur serait encore à la tête du XV de France en 2023. Seulement, des sanctions sont possibles : sanction financière, mise à pied… l’éventail est grand. Bernard Laporte pourrait par exemple saisir le Comité fédéral d’éthique et de déontologie du rugby français. Et pour cause. Dans la charte d’éthique et de déontologie du rugby français, consultable sur ffr.fr, le troisième principe exige d’« adopter un comportement exemplaire en toutes circonstances » et il est précisé dès les premières lignes : « à tous les niveaux et bien sûr aux plus hauts niveaux, plus exposés médiatiquement, les acteurs du rugby et notamment les pratiquants, doivent avoir particulièrement conscience de l’image qu’ils présentent. Leur comportement a valeur d’exemple, aussi bien de manière positive que négative et ce comportement se doit d’être irréprochable. » Assurément, Fabien Galthié entre dans ce cas de figure.à noter toutefois que ce Comité fédéral d’éthique et de déontologie n’a qu’un simple pouvoir consultatif… Et qu’au final, c’est le président de la FFR Bernard Laporte qui tranchera.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (8)
neotaist Il y a 1 année Le 04/03/2021 à 12:04

il ne faudrait quand même pas oublié que le XV de France est passé à coté d'un forfait à 28 / 0 à cause de l'incapacité de l'équipe dirigeante de la FFR donc on peut se poser la question de savoir comment va se préparer et dérouler la coupe du monde de 2023 avec de tels incompétents !

unamiquivousveutdubien Il y a 1 année Le 02/03/2021 à 11:39

Je viens de lire le Midol de ce jour (sur papier), je constate qu'il n'y a pas un mot sur la santé des joueurs testés positifs. De deux chose l'une :
Ou bien tout le monde s'en fiche et c'est la preuve que tout cela n'est qu'une affaire politique sur laquelle tous se ruent pour déstabiliser Laporte (pourquoi pas ?) et Galthier et l'équipe de France en guise de dommage collatéral.
Ou bien les joueurs sont asymptomatiques comme des dizaines de milliers de personnes dans le monde et c'est faire tout un fromage pour rien du tout.
Bref laissons les joueurs jouer, laissons Galthié entraîner, soyez solidaires, calmes et arrêtons de nous délecter dans la délation comme aux "heures les plus sombres de notre histoire."

farondan Il y a 1 année Le 02/03/2021 à 13:51

Tout est dit, c'est limpide...
Mais il y aura toujours des pisses vinaigre pour pérorer, critiquer négativement...
Mais soyons clair, toujours dans leurs intérêts !

picsaintloup Il y a 1 année Le 02/03/2021 à 14:39

la santé de qui ? des quoi ? politique ? le jeu ? quesaco ? mais non ... Mr unamiquivousveutdubien ... vous voyez des mauvaises intentions, on s'en occupe de la santé des joueurs on le dit pas c'est tout ... ah au fait Charlie ... y'en pas un de vraiment malade qu'on fasse une nouvelle polémique sur la manière dont ils sont soignés ???

Armagnol Il y a 1 année Le 02/03/2021 à 11:17

avec cette pandémie, vouloir à tout prix jouer ce tournois était une hérésie. Le résultat est là !
les bleus ont été les premiers touchés, d'autres nations vont surement l'être aussi.