Carcassonnais, cœur fidèle

  • Le deuxième ligne Clément Doumenc, qui a prolongé jusqu’en 2023, disputera sa 75e feuille de match face à Aurillac sous les couleurs de Carcasonne. Photo Stéphanie Biscaye
    Le deuxième ligne Clément Doumenc, qui a prolongé jusqu’en 2023, disputera sa 75e feuille de match face à Aurillac sous les couleurs de Carcasonne. Photo Stéphanie Biscaye
Publié le

Clément Doumenc n’a connu qu’un seul maillot, celui de l’USC. Il a franchi tous les échelons de l’école de rugby jusqu’au capitanat de l’équipe fanion.

Dans l’univers du championnat de Pro D2, le flanker et numéro 8 de l’USC et futur ostéopathe, Clément Doumenc est un cas à part. Depuis qu’il a paraphé en 2007, sa première licence, il n’a connu qu’un seul club, celui de l’US Carcassonne, ville où il a également vu le jour le 1er avril 1997. Clément a ainsi frappé à la porte de l’école de rugby, à l’âge de 10 ans. "Je garde un excellent souvenir de l’école de rugby, précise l’intéressé. Et plus précisément de mes premiers éducateurs : Stéphane Vidal, Jérôme Balmiger et Jean-Marc Codina. C’étaient d’excellents pédagogues. En U12 et U14, j’ai connu aussi des moments inoubliables, notamment quand nous avons remporté le Challenge des Remparts organisé par l’USC et celui du Sidobre à Castres. En revanche, ce fut un peu plus compliqué dans les catégories cadets et juniors. J’ai plus souvent connu la défaite que la victoire. J’ai un regret celui de ne jamais avoir disputé un match de phases finales."

Sa vie sportive a connu un tournant au soir du 2 décembre 2016 à Agen. Ce jour-là, il avait été appelé par Mathieu Cidre et Nicolas Nadau pour figurer dans le groupe des vingt-trois de l’équipe fanion. Une première au sein de l’équipe professionnelle qui reste à jamais gravée dans sa mémoire. "Ce soir-là, il y avait un épais brouillard, on avait du mal à distinguer les lignes. Je suis entré à vingt minutes de la fin. On s’incline 33 à 7 face à une excellente équipe agenaise. À 19 ans, une première feuille de match chez les pros, ça ne s’oublie pas."

Mémorable victoire à la Rabine

Un an après, il connaît sa première titularisation à Vannes, en janvier 2018 dans un contexte assez particulier. "La semaine avant, l’équipe avait été largement battue par Mont-de-Marsan à Domec. Christian Labit remanie l’équipe en intégrant des espoirs. Avec Maxime Castant, nous sommes titulaires. On s’impose (13-12, N.D.L.R.) à la dernière minute grâce à une pénalité de Gilles Bosch. Cette victoire nous met en confiance et à la fin du championnat, on arrache le maintien alors que nous étions bons derniers à la trêve."

Depuis cette mémorable victoire à la Rabine, le Carcassonnais cœur fidèle a enchaîné les feuilles de matchs. Il en compte à ce jour, 74. Et lorsque le capitaine, Andreï Ursache fait défaut, Clément hérite des galons du capitanat. Une responsabilité qu’il a honorée pas plus tard que la semaine passée à Mont-de-Marsan où l’USC a ramené le point du bonus défensif (défaite 23-26). "Je pense que la victoire était dans nos cordes. On a mené (13-3), nous devions enfoncer le clou, temps pis. La frustration de cette défaite, doit nous motiver pour aller chercher la victoire ce soir face à Aurillac afin d’assurer notre place en Pro D2 pour la saison à venir et pour rester au sein du Top 10."

Quant à Clément que ses fidèles supporters se rassurent, il vient de prolonger son contrat avec son club de toujours jusqu’en 2023.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier NAVARRE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?