Rouen ne dit pas "Never"

  • Après leur victoire à domicile face à Oyonnax, les Rouennais de Paul Surano veulent confirmer face à Nevers pour se donner un peu d’air. Photo Icon Sport
    Après leur victoire à domicile face à Oyonnax, les Rouennais de Paul Surano veulent confirmer face à Nevers pour se donner un peu d’air. Photo Icon Sport
Publié le

Convaincants vainqueurs d’Oyonnax, le RNR a clairement fait le bon coup la semaine passée. Mais voilà que dés aujourd’hui, il va falloir y retourner pour valider ce premier bon résultat, et ce face à Nevers qui ne veut surtout pas quitter le top 6.

Auréolés de plusieurs matchs probants face à des clubs du Top 6, Rouen se voit très bien faire le match qu’il faut face à Nevers (club qui a le plus largement battu Rouen cette année) et remporter cette seconde victoire d’affilée tant attendue qui sortirait probablement Rouen de façon définitive de la zone dangereuse. La confiance est bien du côté de Rouen, avec un jeu de trois-quarts retrouvés et quatre essais marqués contre Oyonnax. Il en manquera à l’appel aujourd’hui, puisque Peleseuma a ressenti une petite pointe lors de l’entraînement lundi. Mchedlidze est lui aussi out, suite à une blessure en sélection face à la Russie.

Richard Hill n’a donc plus que neuf trois-quarts de disponible. Les points forts ont été les ballons propres en touche, l’avancée permanente des avants et les ballons éjectés rapidement surtout en première mi-temps. La seconde mi-temps faisait état d’un relâchement tactique, et de concentration. Il est en effet difficile de garder le même état d’esprit quand on mène de 30 points à la pause.

Tenir quatre-vingt minutes

Alors, il faut se dire qu’il est possible de tenir 80 minutes à haute concentration et à haute intensité et c’est ce que Rouen aimerait vraiment réussir , et qui lui donnera un visage de réel épouvantail pour les petits et les gros de la poule. Il est aussi évident que Nevers va proposer autre chose qu’Oyonnax, c’est une équipe plus surprenante, qui peut vite adapter sa tactique, si elle n’arrive pas à franchir la ligne, un paquet d’avants massif, et des trois-quarts de grande qualité. Rouen va donc devoir avoir enfin cette capacité d’adaptation et ne pas juste appliquer ce qui a été préparé dans la semaine. On parle notamment d’une capacité de relance face aux coups de pied d’occupation, et si Rouen monte top vite et trop droit, ça risque de jouer après contact ou au pied par dessus. C’est aussi une équipe qui joue de partout et repart de son camp, il y aura donc des possibilités de contre à exploiter. Rouen croisera la route de Fabien Witz, qui après un passage éclair à Rouen de trois semaines cet hiver, avait préféré rejoindre Nevers, l’occasion de le saluer à nouveau mais cette fois sur le terrain.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Gaël Lecoeur
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?