Mont-de-Marsan, entre espoir et anxiété

  • Yann Brethous doit guider les Montois vers la victoire contre Biarritz. Photo Icon Sport
    Yann Brethous doit guider les Montois vers la victoire contre Biarritz. Photo Icon Sport
Publié le

Grâce à leur victoire à Rouen, les Montois gardent la tête hors de l’eau. Mais il leur faut absolument l’emporter ce soir pour ne pas replonger.

Dans cette saison si particulière où la notion de match à domicile et de match à l’extérieur ne veut plus dire grand-chose, le Stade montois est l’archétype du club dont les résultats n’obéissent à aucune logique.

Alors qu’ils ont concédé six défaites et deux nuls à domicile, ils ont parallèlement ramené de leurs déplacements 21 points, soit l’équivalent de cinq victoires, ce qui ne leur était plus arrivé depuis bien longtemps.

Autant dire que pour les Montois, mieux vaut se déplacer que recevoir. Pourtant ce soir, c’est bien sur leur pelouse qu’ils ont pour mission de l’emporter pour se rapprocher du maintien. Et pour se faire, ils vont devoir enfin chasser les démons qui semblent hanter le stade André et Guy-Boniface, et prouver qu’ils sont capables de montrer à domicile le même visage qu’en déplacement. Rémi Talès, le jeune entraîneur landais, le sait bien : "La victoire à Rouen nous a apporté beaucoup de soulagement sur l’instant, mais nous savions que pour autant rien n’était fait et qu’il faudrait confirmer ce soir face à Biarritz pour ne pas nous remettre dans une situation difficile." Voilà toute l’équation qu’ont à résoudre les Montois, qui plus est face à un pensionnaire du top 6.

Et quand on sait que jusqu’à l’heure, les Landais n’en ont pas battu un seul, on mesure la crainte qui plane au-dessus des têtes montoises. Crainte que Rémi Talès a souhaité évacuer cette semaine : "Il faut faire fi du passé, et regarder vers les quatre rencontres qu’il nous reste à disputer. On ne refera pas les matchs perdus. Il s’agit ce soir de montrer les vertus qui nous ont permis de redresser la tête après un échec. Respecter nos schémas, être forts sur les bases, ne pas faiblir mentalement même si notre parcours a fortement entamé les réserves, ne pas paniquer si les choses ne se déroulent pas comme nous le souhaiterions. C’est ce que nous répétons aux joueurs depuis le début de la semaine. Si nous sommes capables de mettre la même intensité, la même détermination qu’à Rouen ou à Aix, il n’y a pas de raison de ne pas y arriver, même face à une équipe biarrote dotée de joueurs de très haut niveau. Ce serait une belle récompense pour le groupe qui ne lâche rien, malgré les difficultés."

Dans le sillage de Yann Brethous

On ne peut que souscrire. Car si on peut reprocher aux Montois d’être trop souvent dans la réaction, on ne peut mettre en doute ni leur courage ni leur volonté. Alors qu’on se demandait comment elle se relèverait de sa défaite face à Soyaux-Angoulême, l’équipe a démontré à Rouen qu’elle avait de la ressource, à l’image d’un Yann Brethous incroyable de courage et d’abnégation. Le flanker, pourtant très entamé physiquement après chaque match, est encore capable de donner son corps à la science, chaque week-end, pour son club de toujours.

On ne saurait trop conseiller à ses coéquipiers de suivre son exemple, pour ne pas dire son panache. Ce serait pour eux le meilleur moyen, au moment de ce rendez-vous décisif, de ne pas douter.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierre Baylet
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?