[Portrait VII Masculin 5/13] Lakafia, aux Jeux comme papa

  • [Portrait VII Masculin 5/13] Lakafia, aux Jeux comme papa
    [Portrait VII Masculin 5/13] Lakafia, aux Jeux comme papa
Publié le / Mis à jour le

Jusqu’au début des jeux Olympiques prévu le 5 août, nous vous proposons chaque jour le portrait d’un des membres de l’équipe de France masculine. Aujourd’hui, c'est au tour de Pierre-Gilles Lakafia qui se retrouve aux Jeux, comme son père, Jean-Paul, 32 ans auparavant.

Dans la famille Lakafia, je demande le fils aîné. Pierre-Gilles Lakafia, 29 ans, poursuivra cet été à Rio l'héritage d'une famille de sportifs. Il y a 32 ans, en 1984, aux Jeux Olympiques de Los Angeles, son père, Jean-Paul Lakafia, participait lui aussi au plus grand événement du monde. Lanceur de javelot, il dispose lors de cette olympiade de deux titres de champion de France de l'épreuve, tout deux acquis consécutivement (1983 et 1984). Douzième de la finale, il battra le record de France un an plus tard (86m60), rentrant ainsi dans la légende du javelot français.

Vingt-et-un ans plus tard, ses deux fils Pierre-Gilles, l’aîné, et Raphaël, débutaient en Pro D2 à Grenoble, dans l'Isère. Lorsque le second va atteindre le Graal quasiment dix ans plus tard en décrochant le Bouclier de Brennus avec le Stade Français, Pierre-Gilles va voir sa carrière monter en flèche en quelques saisons avant de progressivement se tourner vers le VII.

Albi « m'a donné une chance »

L'expérience tourne court à Grenoble pour Pierre-Gilles faute de temps de jeu. Il décide de rejoindre Albi, qui va le révéler au monde du rugby. « Ce club m’a donné une chance à chaque match, explique t-il. Avec lui, j’ai connu la joie de la montée en Top 14 (en 2009) et la tristesse de la relégation l’année suivante. » Après cette descente du club albigeois, les plus grands clubs français s’intéressent à lui. « J’étais en contact avancé avec Toulon lorsque Guy Novès m’a appelé. J’ai éclaté de rire, croyant à une blague. Mais non. » Le Stade toulousain le recrute et avec lui Pierre-Gilles Lakafia décroche son premier titre de champion de France. Mais avec seulement cinq matchs sous le maillot Rouge et Noir, le défi semble trop haut.

Il quitte la Ville Rose pour Castres où il décrochera un deuxième titre en 2013. Mais les entraîneurs successifs ne lui faisant que rarement confiance, Pierre-Gilles Lakafia décide de se tourner progressivement vers le rugby à VII. Un sport que le tourangeau à découvert en 2010 lors du tournoi de Hong Kong. Avec son mètre quatre-vingt six et ses 95 kilos, Lakafia trouve toute sa pleine mesure au poste d'arrière.

Transperçant les lignes, amenant sa vitesse, l'ancien Castrais est devenu un cadre de l’Équipe de France à VII. Avec 21 tournois en six ans, il a inscrit 90 points et sera un des atouts majeurs à Rio. A coup sûr Jean Paul Lakafia sera présent et se souviendra avec émotion que, lui aussi, 32 ans plus tôt, il défendait les couleurs de la France. Pierre-Gilles poursuivra l'héritage et qui sait rapportera à la famille Lakafia, sa première breloque.

Par Kevin Saccani (@saccanikevin)

Retrouvez nos portraits  

[PORTRAIT VII MASCULIN 1/13] STEPHEN PAREZ-EDO, DU XV AU VII IL N’Y A QU’UN PAS
[PORTRAIT VII MASCULIN 2/13] JONATHAN, LE CONQUÉRANT
[PORTRAIT VII MASCULIN 3/13] DALL'IGNA, L'ANCIEN
[PORTRAIT VII MASCULIN 4/13] CLER, NET ET PRECIS

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir