Macalou fait briller Paris

  • Omniprésent, le troisième ligne Sekou Macalou a livré une prestation de très haut niveau.
    Omniprésent, le troisième ligne Sekou Macalou a livré une prestation de très haut niveau. Icon Sport
Publié le , mis à jour

Le Stade français, grâce notamment à un Sekou Macalou en forme internationale, s’est logiquement imposé face au leader rochelais (35-13), empochant au passage le bonus offensif. Une victoire enfin probante pour le club de la capitale.

Il y a quinze jours, malgré une large victoire sur le Stade toulousain (48-14), des doutes subsistaient sur la valeur réelle du Stade français. La raison ? Les Parisiens avaient ce jour-là battu des champions de France qui n’en avaient que le nom en raison d’une multitude d’absents. Certes, ils s’étaient avant cela imposé à Castres et Agen, deux équipes en souffrance, mais avaient perdu à domicile face à Bayonne et le Racing 92. Rien de très glorieux pour un parcours difficilement lisible. Cette fois-ci, on en sait un peu plus sur ce qu’a dans le ventre cette équipe parisienne. Et à tout dire, c’est plutôt séduisant. Ne marque pas qui veut trois essais en moins d’une demi-heure de jeu face au leader rochelais, meilleure défense du Top 14 avant cette rencontre.

Ce succès bien plus probant que face aux hommes d’Ugo Mola, ils le doivent en grande partie à Sekou Macalou. Le troisième ligne aile international a réalisé une performance remarquable. Il est celui qui a fait la différence sur le premier essai. À la suite d’un duel aérien remporté par Lester Etien, le troisième ligne aile a cassé un premier plaquage, en a effacé un deuxième, puis il a fixé l’ailier Dillyn Leyds et décalé Jonathan Danty qui a remis vers son ailier Naivalu d’une jolie chistera en bout de ligne. Et tout ça en infériorité numérique suite au carton jaune du capitaine Paul Alo-Emile (5e). Le premier d’une longue série - une indiscipline qu’il faudra gommer - puisque le Stade français en écopera de trois au total (Veainu et Godener).
 

Un doublé en finisseur


La suite ? Elle s’est jouée sur la même tonalité. Cette fois-ci, Macalou n’a eu besoin de personne. Le natif de Sarcelles s’est offert une course en solitaire de quarante mètres après s’être défait d’un plaquage rochelais pour marquer seul (18e). Et tout ça avec une impression de grande facilité. « J’ai hâte de voir en équipe de France un joueur comme Macalou, qui a un profil de joueur rapide, capable de faire des différences, de casser la ligne, disait vendredi dans nos colonnes l’ancien international Olivier Magne. Il a un profil d’accélérateur de jeu. Un joueur de rupture. J’aimerais juste qu’il aille davantage parfois sur la recherche d’espace que sur du frontal. » On ne sait si Sekou Macalou a lu ces propos ou s’ils lui ont été rapportés, mais souvent placé dans les couloirs, il s’est franchement épanoui dans ce jeu où la prise d’intervalle fait souvent la différence. Dimanche soir, il y avait d’ailleurs du « Olivier Magne » dans les attitudes du stadiste, dans sa façon de jouer au grand large et assurer la continuité du jeu.

Fabien Galthié ne s’est pas trompé. Macalou aurait dû rejoindre Marcoussis ce lundi matin si la rencontre entre le XV de France et les Fidji n’avait pas été annulée et si le sélectionneur n’avait pas décidé de conserver son groupe initial. Le Parisien devra donc encore un peu patienter. À moins qu’un ailier des Bleus se blesse… Évidemment, on caricature un peu. Mais Sekou Macalou s’est offert un doublé en seconde période. Un essai de finisseur le long de la ligne de touche où il a passé le plus clair de son temps durant cette rencontre. Bien servi par Veainu, il a déposé toute la défense maritime pour marquer entre les perches et offrir le bonus offensif à son équipe. Du grand art à grande vitesse. « Il n’y a pas de mauvaises herbes, il n’y a que des plantes auxquelles on n’a pas trouvé de vertu », disait encore Olivier Magne à son propos. « Charly » avait vu juste.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?