Le barrage se rapproche pour l’Aviron bayonnais

  • Le barrage se rapproche pour l’Aviron bayonnais
    Le barrage se rapproche pour l’Aviron bayonnais Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Battu par plus fort, l’Aviron bayonnais entrevoit le barrage. Même s’il reste trois matchs, staff et joueurs commencent à se focaliser sur ce rendez-vous. 

Le mot « barrage » n’est pas tabou dans la bouche des Bayonnais. Au vu de leur prestation et des résultats de Pau et Montpellier ce week-end, ils se sont mis en tête que leur saison comprendra peut-être un match supplémentaire. « Il faut qu’on se focalise sur notre maintien, avance Maxime Lafage. On ne lâchera rien, on donnera tout pour se maintenir même s’il faut passer par un barrage. » Face à Bordeaux-Bègles, lancé à fond dans le sprint final de la qualification, l’Aviron a logiquement rendu les armes. Il lui restera trois matchs vraisemblablement du même calibre, voyages à Toulouse et Montpellier, réception du Stade français. Difficile de ne pas envisager ce barrage. Il y en a été question dans le vestiaire.

Une prise de conscience

La prise de conscience est réelle. « Diriger l’équipe, c’est prévoir, avance Yannick Bru. On est obligé, dans la situation qui est la nôtre aujourd’hui, de se projeter, de se préparer pour un match le 12 juin. On a tous pris cet engagement. Ça ira peut-être jusqu’à cette date-là mais il y aura potentiellement des surprises aussi. On ne va rien lâcher mais on doit se préparer parce que notre performance et les résultats de nos adversaires nous placent dans une position de ballottage très défavorable. »
À l’heure où toutes les formations veulent engranger des points, l’Aviron a montré ses limites. En plus du début de match catastrophique, une fois de plus, avec un essai encaissé au bout de trente secondes, la différence s’est faite au niveau physique, dans l’exécution et dans l’effectif. Le banc girondin a enfoncé les Basques. Les ajustements porteront, dans cette dernière ligne droite, sur ces points. « Il faut se servir de cet écart avec Bordeaux pour progresser individuellement, rajoute Yannick Bru. Beaucoup de joueurs ont été en dessous de leurs vis-à-vis. »
Il faudra aussi garder l’équipe à flot psychologiquement. Là-dessus, le staff n’a pas de crainte. « Les joueurs bayonnais n’ont pas trahi le maillot ! », rassure le manager. « Jouer le maintien puise mentalement mais le groupe est prêt à ça, répète le demi d’ouverture. On s’est parlé et on s’est dit que si ce barrage devait arriver, on donnera tout. » Si Bayonne devait avoir des regrets, ils ne sont pas à chercher sur le match face à l’UBB mais plutôt sur les deux précédents, à Pau et face à Castres, deux rendez-vous manqués…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Edmond Lataillade
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?