Colomiers déjà à l’affût

  • Ugo SEGUELA (Colomiers), face à Aix en Provence.
    Ugo SEGUELA (Colomiers), face à Aix en Provence. Icon Sport
Publié le

Les Haut-Garonnais réussissent la très belle opération de cette cinquième journée. avec trois victoires consécutives ils débarquent dans les hautes sphères du championnat.

Ils n’ont pas perdu leurs bonnes habitudes. Sept mois après l’arrêt d’une saison époustouflante où ils faisaient la course en tête, laissant à penser que les phases finales leur tendaient les bras, les Columérins ont su ravaler leur frustration pour repartir sur un nouvel exercice espéré tout aussi réussi.

Passée la première défaite enregistrée sur la pelouse de Valence-Romans lors de la journée inaugurale, les Haut-Garonnais semblent depuis avoir pris la mesure de ce Pro D2. Vendredi soir, ils se sont ainsi imposés à Fos-sur-Mer contre Provence rugby, enregistrant de fait un troisième succès consécutif. Le deuxième à l’extérieur après celui survenu à Aurillac. Ces victoires chez des équipes en forme du début de saison permettent à Romain Bézian et sa bande d’intégrer le top 6. Avec aspect non négligeable un match en moins dans la besace puisque la réception de Rouen a été reportée au week-end du 13 novembre.
 

Roulez jeunesse !


La recette n’a pourtant pas trop changé par rapport à l’exercice précédent qui avait vu les joueurs du club à la colombe s’exporter avec brio à six reprises. Vendredi au stade Parsemain habituellement dévolu au cousin du ballon rond, les Columérins ont « été consistants en défense tout en profitant des opportunités laissées par Aix-en-Provence », délivrait le lendemain Julien Sarraute. Le technicien tenait à féliciter son groupe et notamment le comportement des jeunes joueurs (p.14). Au coup d’envoi, sur le quinze de départ, ils étaient cinq (Djehi, Ricard, Ponpon, Séguéla, Larregain) tous issus du centre de formation à être âgé seulement de 23 ans voire moins. Certains - le pilier gauche Hugo Djehi, 22 ans et le demi de mêlée Ugo Séguéla, 19 ans à peine - célébraient leur première titularisation. « Ils ont joué parce qu’ils le méritent et chaque joueur est allé se chercher ce résultat », rajoutait tout en sobriété l’entraîneur principal. Au-delà de cet élan de fraîcheur, la performance en terres provençales démontre toute l’homogénéité de l’effectif columérin. 11 changements avaient été effectués dans le quinze de départ par rapport à celui victorieux de Mont-de-Marsan, avec des cadres et joueurs d’expérience laissés au repos (Larrieu, Sheklashvili, Granouillet, Gori, Deysel, Perrin, Palisson et Girard), sans oublier les blessés (Béco, Macovei notamment).


Sans ces éléments, Colomiers n’a pourtant pas baissé les yeux pour lancer son marathon de onze rencontres d’affilée sans trêve jusqu’à Noël. Rien d’étonnant là encore pour Julien Sarraute qui place « l’émulation interne et collective » comme vertu cardinale. « Ce qu’il faut comprendre et que je répète à chaque fois aux joueurs c’est que nous faisons partie d’une même aventure. Il n’y a pas de concurrence mais une envie et un enthousiasme d’avancer ensemble. Au-delà du résultat qui nous est positif, nous sommes en train de nous reconstruire un vrai groupe pour cette saison. » Un groupe qui prend petit à petit « la mesure de ce qu’il lui reste à accomplir sans confondre prétention et ambition. On sait que ce championnat est surprenant, il y a des matchs acharnés tous les week-ends. »

En parlant de surprise, et cela en est une bonne, l’équipe du président Carré s’est pour la deuxième fois consécutive signalée par sa discipline. En ne concédant pas de cartons jaunes, et en se montrant peu pénalisé comme face à Mont-de-Marsan, les Haut-Garonnais semblent avoir quitté leurs mauvaises habitudes de la saison dernière. Cela leur avait coûté la gagne il y a un an à Aix-en-Provence. Pas ce vendredi.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?