La Rochelle, nouveau monarque

  • Pierre Bourgarit (La Rochelle).
    Pierre Bourgarit (La Rochelle). Icon Sport
Publié le , mis à jour

En s’imposant de façon probante face à l’UBB, le Stade rochelais s’est adjugé la place de leader du Top 14, à la faveur du goal-average. Un signe fort, qui montre le potentiel de cette formation rochelaise.

Dimanche soir, les Rochelais ont envoyé un message à toutes les équipes du Top 14. Et en particulier à toutes celles qui briguent la qualification et, par extension, le précieux bouclier de Brennus. La teneur de ce message ? Elle est simple : « Il faudra compter sur nous. » Car c’est une véritable démonstration que les Maritimes ont livrée face aux Girondins, prétendants à la qualification et arrivés en Charente-Maritime avec la ferme intention de disputer et de remporter le fameux « derby ».
En réalité, il n’y eut pas vraiment de dispute. En première mi-temps, il n’y eut qu’une équipe sur le terrain. Les Rochelais ont signé une entame proprement tonitruante : en moins de dix minutes, ils étaient déjà allés deux fois dans l’en-but girondin. Une fois par le talonneur Pierre Bourgarit (dont l’essai refusé pour un en-avant de Raymond Rhule sous un ballon haut) et une fois par ce même Raymond Rhule qui avait manqué d’aplatir.

Bourgarit, Sinzelle et Bourdeau intenables

Mais ce qui devait arriver arriva. À force de dominer les duels, d’imprimer toujours plus de vitesse et de casser les plaquages, les Rochelais ont marqué à la 17e minute après une percée de Rémi Bourdeau (servi par une belle passe après contact d’Atonio) bien relayé par son demi de mêlée Tawera Kerr-Barlow qui plongea dans l’en-but.

Rochelais défendent en avançant. Un quart d’heure plus tard, les protégés de Ronan O’Gara et Jono Gibbes remettaient cela avec un nouvel essai de Jérémy Sinzelle, marqué après un superbe mouvement initié par un coup de pied par-dessus de Jules Plisson, lequel fut contrôlé et aussitôt servi par ce diable de Sinzelle pour le jeune flanker Bourdeau, décidément dans tous les bons coups dimanche soir à Deflandre. Le flanker servit son homologue Wiaan Liebenberg, qui ne fut rattrapé qu’à quelques mètres de la ligne girondine. Tawera Kerr-Barlow écartait le jeu sur la gauche pour Jules Plisson, qui retrouvait Sinzelle (encore lui) pour plonger dans l’en-but.

Puissance, vitesse, défense agressive…

Que retenir de la prestation des Rochelais ? Beaucoup de choses. La puissance, d’abord. Dans le sillage des Will Skelton et autres Levani Botia, les Maritimes ont marqué les Girondins sur la ligne d’avantage, alors que ces derniers étaient pourtant équipés pour leur tenir tête dans ce secteur. Le meilleur exemple de cette domination se vérifia dans l’épreuve des mauls, et surtout en deuxième mi-temps où ils stoppèrent sans mal ceux initiés par le pack de l’UBB. Le deuxième point à retenir, c’est la défense rochelaise. Les Maritimes ont systématiquement défendu en avançant, enchaînant les plaquages offensifs et autres montées agressives. Face à une telle furia, les Bordelo-Béglais n’ont pas trouvé de solution, et ont (trop) souvent joué en reculant. Et à force de reculer, les Girondins ont fini par concéder des pénalités au sol. À une dizaine de minutes de la fin, ils en avaient déjà concédé six dans ce seul secteur.

Enfin, on retiendra la vitesse et la fluidité des enchaînements rochelais. Avec des courses tranchantes, des passes justes faites dans le bon timing et une bonne organisation collective, les coéquipiers de Romain Sazy ont toujours trouvé des soutiens offensifs pour prolonger leurs actions. In fine, on ne trouvera qu’une seule ombre à ce tableau quasi idyllique (si l’on exclut le gain du bonus offensif, qui aurait été justifié au vu de leur domination), c’est la blessure du pilier droit tricolore Uini Atonio, sorti en boitant quelques instants après la reprise. Mais au vu des bonnes prestations de son remplaçant Arthur Joly ces dernières semaines, on se dit que les Rochelais sont équipés pour tenir bon en son absence…

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?