Deux places de demi-finalistes pour trois

  • Pro D2 - Le pilier Swan Cormenier (Bayonne) fut l'un des Bayonnais les plus remuants
    Pro D2 - Le pilier Swan Cormenier (Bayonne) fut l'un des Bayonnais les plus remuants Pablo Ordas
Publié le

Les résultats de cette 20e journée confirment la cadence infernale du trio de tête. Ce sera bien une course à trois pour les deux premières places.

En bas de tableau, absolument rien n’a bougé. Les quatre dernières équipes n’ont pas pris le moindre point, ce qui n’avance rien dans la quête du maintien. Plus haut, Aix-en-Provence et Aurillac, grâce à deux succès majeurs, respectivement à Sapiac et contre Colomiers, se rapprochent doucement mais sûrement de la course aux phases finales. Au bénéfice d’une troisième victoire d’affilée, Carcassonne s’est placée au mieux. Mais c’est encore plus haut que la compétition est la plus alléchante. Le trio de tête, composé d’Oyonnax, Mont-de-Marsan et Bayonne, s’est resserré, avec le bonus offensif des Basques contre Narbonne. L’Aviron rejoint ainsi les Landais à la deuxième place. Mais les Bayonnais nient tout intérêt dans le classement actuel. Enfin, presque : "Il reste tellement de matchs qu’on ne peut pas encore trop regarder le classement. Mais si nous terminons dans les deux premiers, ce sera bien, reconnaît Gaëtan Germain, auteur de onze points au pied. Jouer une demi-finale à domicile ce serait génial." L’entraîneur des trois-quarts ajoutait : "On s’occupe surtout de nous. Mont-de-Marsan et Oyonnax, on les affrontera en temps voulu. C’est bien d’avoir pris un point (de bonus offensif, N.D.L.R.) mais on peut très bien le perdre lors du difficile déplacement à Béziers. Terminer premier, deuxième, troisième ou quatrième, ce n’est pas important. Il faut surtout accumuler de la confiance et de la conviction dans notre jeu." Et cette deuxième période a certainement aidé en ce sens. Comme à Nevers, la puissance basque a fait la différence après la pause. Le pilier Swan Cormenier, à créditer d’une belle partie, était lui plus loquace : "C’est sûr que ça cavale fort devant comme dit Yannick ! On aimerait rattraper ces équipes et, éventuellement, leur passer devant. Pour cela, il faut se concentrer sur nous."

Une opposition de styles

L’atout des Bayonnais sera certainement leur capacité à s’exporter hors de Jean-Dauger. Celui d’Oyonnax est évidemment la défense de très haut niveau pensée par Joe El Abd et son staff. Les Oyomen ont écœuré les offensives vannetaises. Cela rend d’autant plus passionnant le choc de la semaine prochaine, entre le leader et le Stade montois, réputé pour ses velléités offensives. Dès vendredi, ils avaient à cœur de déminer ce qui est le choc de l’hiver : "Ce n’est pas le premier chez le deuxième mais plutôt deux équipes de haut de tableau qui vont se confronter", déclarait le manager. Malgré sa volonté de minimiser l’impact de ce match, ce sera bien le rendez-vous de l’hiver. Oyonnax pourra aussi compter sur la forme physique de son effectif. Seuls manquent à l’appel Jérémy Gondrand, Ilan El Khattabi et Tom Murday, qui devrait revenir sous peu. Le froid réalisme d’Oyonnax, répondant parfaitement à "l’exigence et l’excellence" voulue par le staff, étonne. Le match contre les Montois, marquants par leur enthousiasme, sera une réelle opposition de styles.

Les Landais ont assuré une victoire pleine d’opportunisme à Rouen et résistent au retour des Basques. Le sprint final s’annonce captivant !

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Quentin PUT (avec E. L. et J.-P. D.)
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?