Top 14 - Le RCT a dérapé, Mayol est tombé

  • Top 14 - Sergio Parisse (Toulon)
    Top 14 - Sergio Parisse (Toulon) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Le RCT voulait conforter sa place dans le top 6 et ses rassurer sur sa profondeur d’effectif. C’est raté. Ce revers face à un concurrent direct est d’autant plus douloureux.

Quel visage le RCT va-t-il nous offrir ce soir ? En débarquant à Mayol ce dimanche, les supporters rouge et noir étaient tous habités par cette obsédante interrogation. Depuis le début de saison, les hommes du duo Azéma-Mignoni avaient alterné entre le lénifiant (à Toulouse, à Perpignan et à La Rochelle), le tonitruant (à Pau et contre Brive) et le plus ou moins satisfaisant (face à Bayonne, Clermont, Castres et même à Bordeaux-Bègles).

Le plus souvent, les résultats faisaient écho à la présence ou non des joueurs cadres sur la feuille de match. Le constat peut paraître évident : jouer au rugby sans Isa, Kolbe ou encore Waisea n’aide pas à être performant. Il n’en reste pas moins une vérité indubitable : un prétendant au top 6 se doit d’être consistant même quand ses tauliers manquent à l’appel. Ce dimanche, le RCT était privé de quatorze éléments dont Gros, Villière, Priso, Ollivon, Alainu’uese, Isa, Nayacalevu, Paia’aua, Kolbe et Wainiqolo. Les vingt-trois élus du jour avaient donc une mission à double face : maintenir leur équipe dans le top 6 en empochant un sixième succès en dix rencontres et démontrer que le RCT avait gagné en densité d’effectif.

La fébrilité les a rattrapés

Dans un premier temps, les supporters varois ont eu droit à la pire version des leurs. D’entrée de jeu, Sergio Parisse et ses partenaires sont apparus empruntés et impuissants, sans solution ni certitude. Pis : ils ont enchaîné les boulettes comme autant d’offrandes à la bande à Camara. Gaël Dréan, un des hommes en forme du début de saison, a ainsi « offert  un essai au capitaine adverse et Sergio Parisse a commis des maladresses comme jamais dans sa carrière. À la mi-temps, le fanny provisoire et la copie indigente des Varois valaient bien quelques sifflets, que ne méritait en aucun cas Louis Carbonel.

Au retour des vestiaires, à défaut d’un miracle, les Fadas et autres Z’Acrau étaient au moins en droit d’espérer une réaction d’orgueil. Un grattage de Cornell du Preez quelques instants après le renvoi a marqué un début de révolte. Les avants rouge et noir, méconnaissables par rapport au visage affiché lors du premier acte, ont soudainement mis leur rival sur le reculoir. L’entrée en jeu de Baptiste Serin, plein d’à-propos dans ses choix de jeu, et le réveil de Ihaia West ont même donné un peu de relief à une partie franchement ennuyante jusqu’alors et, logiquement, Sitaleki Timani a concrétisé sous les poteaux le bel effort rouge et noir (59e) pour ramener les siens à hauteur.

Mais au moment où le RCT semblait en mesure de prendre l’ascendant, la fébrilité l’a rattrapé : dans la discipline et en conquête, les Varois ont flanché au pire des moments et ont vu s’envoler de précieux points au classement et des certitudes pour l’avenir. Ce lundi, Toulon pointe au huitième rang, derrière son rival du dimanche, avec cinq victoires pour autant de revers. Le public de Mayol, tombé pour la première fois de la saison, avait vraiment de quoi être frustré dimanche soir.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?