L’USM veut se racheter une conduite

  • L’entraîneur des avants de Montauban Florent Wieczorek justifie l’indiscipline récurrente des siens par la stratégie très agressive mise en place par le staff. Photo Stéphanie Biscaye
    L’entraîneur des avants de Montauban Florent Wieczorek justifie l’indiscipline récurrente des siens par la stratégie très agressive mise en place par le staff. Photo Stéphanie Biscaye
Publié le

Après sa première victoire à l’extérieur, l’USM veut confirmer face à Rouen afin se mêler à la lutte pour la sixième place. Pour cela, il faudra corriger cette indiscipline chronique.

Trois cartons rouges et dix-neuf jaunes en autant de matchs… C’est le constat catégorique du défaut de l’US Montalbanaise cette saison. Son indiscipline lui a encore valu de jouer à Mont-de-Marsan pendant une heure à quatorze puis à treize. Ce problème récurrent est clairement le point à améliorer de l’effectif montalbanais, équipe la plus indisciplinée en termes de carton avec Soyaux-Angoulême. "Cela vient surtout de la volonté de bien faire, explique Corentin Braendlin. Au lieu de plaquer bien bas, on plaque haut, quand il faut éviter de contester tel ballon on le fait… C’est l’envie de bien faire et peut-être de l’excès d’engagement des fois. Le jeu appelle à la faute. Puis on joue contre des équipes solides qui nous posent des difficultés." L’entraîneur des avants Florent Wieczorek est du même avis : "L’engagement amène des fautes. Et c’est clairement notre excès d’engagement que l’on paye. Je pense qu’on est l’équipe qui s’envoie le plus en défense, qui est la plus agressive, notamment notre troisième ligne. Nos joueurs sont capables de mettre des gros timbres." Et parfois, trop gros. Dernier exemple en date donc, cet impact de Kamaliele Tufele avec l’épaule directement au niveau du cou de Leandro Cedaro. "Mettre une énorme pression sur le porteur de balle, monter fort, agresser… C’est notre leitmotiv ! " poursuit le technicien. "On les tanne, on les conditionne tellement là-dessus…"

Wieczorek : "On s’exerce à jouer à quatorze"

L’indiscipline à ce niveau peut être rédhibitoire, et l’USM l’a souvent appris à ses dépens. "Un grain de sable dans l’engrenage nous faisait perdre les pédales, notamment à l’extérieur. Le carton jaune à Rouen est un exemple, celui à Valence aussi…" D’où le faible rendement montalbanais loin de Sapiac (un nul et un bonus défensif avant la semaine dernière). Mais alors, comment canaliser cette débauche d’énergie quand il s’agit de défendre ? L’ancien deuxième ligne agenais donne un élément de réponse : "On voit après coup les fautes qui sont bêtes. Ça relève de la prise de conscience individuelle. On travaille vraiment dans la règle, notamment dans le secteur de la mêlée, pour rendre des copies assez propres." "On fait énormément de retours vidéos individuels, ajoute Florent Wieczorek, notamment sur les compétences techniques, les objectifs individuels… Mais parfois, il est difficile de reprocher les cartons jaunes à certains joueurs comme Stéphane Munoz (suspendu à Carcassonne pour une accumulation de cartons jaunes, N.D.L.R.) qui jouent pour deux mecs." D’ailleurs, ce déplacement à Mont-de-Marsan a été côté montalbanais une nouvelle démonstration d’abnégation. Les Montois n’ont rien pu faire face à une telle énergie. "Cette fois-ci on ne s’est pas affolés, on a continué à jouer à un de moins et on n’avait pas l’impression d’être en infériorité numérique, se félicite le spécialiste de la mêlée. À l’entraînement on s’exerce désormais à jouer à quatorze, alors qu’on ne le faisait pas en début d’année." De quoi se démultiplier encore un peu plus.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?