Top 14 - Zack Henry a su dompter les conditions pour faire gagner la Section

  • Dans des conditions climatiques difficiles, le numéro dix anglais a livré une performance XXL. Photo Icon Sport
    Dans des conditions climatiques difficiles, le numéro dix anglais a livré une performance XXL. Photo Icon Sport Icon Sport
Publié le

Sous une météo très anglo-saxonne, l’ouvreur palois Zack Henry a livré une belle prestation et a inscrit tous les points de son équipe.

Il est arrivé souriant face à nous et un brin déconneur, comme souvent. Sur le côté de la salle de presse, Zack Henry s’impatientait alors que son capitaine, Lucas Rey, répondait à nos questions. « Tu parles pendant deux heures, mec, chambrait le numéro dix, moi, je réponds à trois questions et ciao. » Il y en aura un peu plus que trois, car le maître à jouer de la Section a été l’un des grands artisans de la victoire de son équipe face à Paris et sa prestation mérita quelques minutes d’échanges. Dans le jeu au pied d’abord, Zack Henry s’est illustré avec dix-huit points et un six sur sept face aux perches, son seul échec étant une tentative lointaine en début de seconde période. Ainsi, l’ancien joueur de Nevers a bonifié chaque faute parisienne et il s’est clairement montré décisif en toute fin de match, en passant trois coups de pied afin de permettre aux siens de prendre le large. « Il a été propre, sûr. C’est un joueur qui transpire la confiance, louait Lucas Rey au coup de sifflet final. Il transmet au groupe, aussi. Ça fait du bien d’avoir des mecs comme ça. Il nous apporte une sérénité plaisante. »

 

« Il est capable d’assumer le leadership »


Bon dans l’animation offensive, l’anglais a aussi usé de son pied afin de mettre la pression sur le Stade français avec, souvent, des petits coups de pied dans le dos de la défense adverse. Il faut dire que les conditions climatiques s’y prêtaient. « Dans notre analyse, nous avions vu qu’il y avait cet espace derrière, détaillait Henry après le match. Mais sur le terrain, c’est nous qui annonçons les choses. En première période, nos jeux au pied n’étaient pas précis. On s’est mis dans le dur deux ou trois fois. » Et puis les Vert et Blanc se sont montrés plus appliqués et précis dans ce domaine pendant le second acte, avec le vent dans le dos. Ceci a aussi coïncidé avec l’entrée d’Antoine Hastoy (44e), laquelle a, de facto, fait glisser Henry à l’arrière. Mais dans le fond du terrain, l’anglais s’est également montré plutôt à son aise. « Ça ne me pose pas de problème, expliquait-il. Je suis content d’être sur le pré, que ce soit en dix ou en quinze. Le positionnement ne change pas grand-chose, à part au niveau du troisième rideau. » Avec Hastoy et Henry, c’est peu dire que Sébastien Piqueronies dispose, aujourd’hui, de deux pointures à l’ouverture et de deux buteurs précis afin de mener à bien le projet béarnais cette saison. « C’est un plaisir de s’appuyer sur Zack, affirmait le manager palois. Il est capable d’assumer le leadership à chacun de ses postes. Ça nous permet aussi de pouvoir encourager Antoine à aller se régaler à Marcoussis les trois premiers jours de la semaine. C’est fabuleux pour le club et lui. C’est un équilibre important dans la performance du club, d’Antoine et de Zack. » On l’a bien vu, samedi après-midi.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pablo Ordas
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?