Carcassonne avec Landman et Manchia

  • Pro D2 - Romain Manchia, deuxième ligne de l'US Carcassonne
    Pro D2 - Romain Manchia, deuxième ligne de l'US Carcassonne Stéphanie Biscaye
Publié le

L’US Carcassonne retrouve ses deux deuxième ligne Manchia et Landman, suspendus lors de la réception d’Aurillac, et titulaires pour affronter le FCG.

Ce soir, l’US Carcassonne a (peut-être) rendez-vous avec un moment exquis de son histoire. Dans l’hypothèse d’un succès en Isère (qu’elle n’a jamais réalisé à ce stade du Pro D2), l’équipe du président Calamel s’inviterait à la table des grands, la perspective de jouer les barrages viendrait un peu plus à se préciser. Pour être un peu plus maître de son destin, la victoire serait un excellent placement sur le plan comptable. Sauf que Grenoble reste une formation plus que redoutable malgré sa douzième place et un maintien qui n’est pas encore mathématiquement acquis. Pour être définitivement assuré de conserver sa place au sein du second niveau professionnel, il suffit d’un point aux Isérois ou d’un échec de Bourg-en-Bresse à Béziers. "Le FCG n’est pas vraiment à sa place. Cette équipe a un énorme potentiel, résume l’entraîneur des avants, Mathieu Cidre. Dans chaque ligne, elle possède des leaders de jeu. Des individualités comme Jean-Charles Orioli, Levi Douglas, Steeve Blanc Mappaz, Adrien Séguret, Ange Capuozzo peuvent influencer le cours d’une rencontre. Le FCG a eu des trous d’air cette saison, mais il a été capable de s’imposer à Bayonne (37-35) et de passer trente points à Nevers. On connaît la difficulté de notre tâche."

Duel dans les airs

Pour cet avant-dernier déplacement de la phase de classement, l’USC retrouve deux joueurs cadres de leur pack. Suspendus pour la réception d’Aurillac, Romain Manchia et Rynard Landman ont désormais purgé leur pénitence et vont ainsi postuler pour cette rencontre capitale. "L’alignement va jouer un rôle essentiel dans cette rencontre, le duel dans les airs sera primordial, ajoute Mathieu Cidre. On apprécie le retour de Romain et celui de Rynard deux spécialistes de l’alignement et également deux joueurs qui ont une aura au sein du pack."

Désormais, l’USC est à 80 minutes d’une possible qualification. Ironie du sort, il y a un an en arrière, elle avait perdu tout espoir de qualification au stade des Alpes (défaite 11 – 34). Ce soir, il y aura pour l’USC, un petit parfum de revanche au pied des Alpes.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier Navarre
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?