Pro D2 - Béziers se montre réaliste

  • Pro D2 - Le sans faute de Romain Uruty face aux perches aura été décisif.
    Pro D2 - Le sans faute de Romain Uruty face aux perches aura été décisif. Icon Sport - Alexandre Dimou
Publié le

Dans un match pourtant très défavorable, les Biterrois ont réussi à laver le revers subi chez eux contre Colomiers en profitant de toutes leurs opportunités.

Il est donc possible de prendre le stade Jules Ladoumègue dans un raid éclair mené à la va comme je te pousse. Quel match étonnant les Biterrois ont livré vendredi soir en Ile-de-France ! Poussés par une bande de fadas bien groupés en tribune, qui les premiers ont pris d’assaut l’enceinte massicoise en y organisant une supériorité vociférante, sifflant le buteur local dans sa première tentative, éructant des "Aqui es Béziers" à chaque moment de bravoure des leurs, les visiteurs du soir se sont imposés dans une cabriole de grande bravoure. Ils ont réussi à maintenir vierge leur en-but durant un pilonnage de six minutes exercé par les Massicois en double supériorité numérique. Le carton rouge reçu par leur pilier Giorgi Akhaladze est tombé peu après le jaune de Clément Esteriola, et ils ont pioché en énergie, et se sont envoyés comme des fous, pour combler les espaces durant ce moment à treize.

Arroseurs arrosés

À ce jeu de la forteresse imprenable, c’est une ironie douloureuse pour les Massicois, les Biterrois les ont pris à leur propre jeu, eux, qui s’étaient imposés dans des circonstances similaires lors des deux dernières journées. Arroseurs arrosés, en passant dans le camp des attaquants favorisés par ce surnombre, les Franciliens n’ont pas réussi à trouver la faille à leur tour. Et deux fois pendant ce laps de temps, quand les Méditerranéens ont obtenu la possession de la balle, dans l’incapacité d’ouvrir dans leur ligne dépeuplée, chacun d’eux a pris la gonfle sous le bras en ramassant pour aller péter. Treize Miura sans aucune autre solution ont gagné dans leur effort répété les deux minutes de confiscation de ballon nécessaire pour tenir le coup. C’est vraiment là qu’ils ont posé les bases de leur succès, en doublant cet effort d’un réalisme impitoyable. "Oui, c’était un match à buteurs, et je suis content d’avoir tenu mon rôle", savourait l’ouvreur Romain Uruty. Sous cette pluie intense qui a limité les formes de jeu, son 100 % face aux perches a fait la différence. Ses avants ont fait mieux encore. Au premier quart d’heure de cette partie complètement dominée par Massy dans l’ordre de l’occupation du terrain adverse, alors que les Franciliens s’étaient déjà bien dépensés en estocades, ils ont fait de leur première belle prise de balle en touche un maul progressant de trente-cinq mètres. Et c’est le bouillonnant talonneur Clément Estériola qui a conclu ensuite, le même Estériola qui tout à la fin, alors que Massy lançait sa dernière flèche, est venu gratter un ballon difficile dans le prolongement de son placage. "Ça fait plaisir, souriait-il jusqu’aux oreilles. On voulait se retrouver après notre échec à la maison contre Colomiers. Un match comme ça sous la pluie, c’était parfait. Il fallait se sortir les tripes. On l’a fait. Notre séance de défense en première mi-temps a pesé, et on a tenu le coup. C’est de bon augure pour la suite".

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Guillaume CYPRIEN
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?