Guerre de tranchées en approche à Sapiac

  • Avec le temps maussade attendu à Montauban vendredi, l’USM s’attend à une grosse bataille devant. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
    Avec le temps maussade attendu à Montauban vendredi, l’USM s’attend à une grosse bataille devant. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Pour débuter cette nouvelle année, Montauban accueille un adversaire de taille dans son antre encore invaincu de Sapiac. Pour un derby à enjeux, c’est Colomiers qui défie l’USM.

À peine le temps de profiter de quelques jours de vacances que la compétition est déjà de retour dans le Tarn-et-Garonne. Cette saison, les Montalbanais ont une mission : celle d’accrocher un top 6 et de disputer des phases finales qui leur échappent depuis maintenant plusieurs saisons. Cet objectif, il obnubile un effectif acquit à cette cause et conscient qu’il ne faut pas céder au relâchement. "Pour moi la trêve est passée très vite, je n’ai pas vraiment réussi à couper, lançait David Gérard. Dès la fin du match contre Aurillac, lorsque j’ai pris ma douche, je pensais au match contre Colomiers. J’avais hâte de revenir à l’entraînement avec les joueurs." De son propre aveu obsédé par le rugby, le coach des Vert et Noir a semble-t-il converti quelques-uns de ses protégés, puisque c’est l’excitation qui primait lors des premiers entraînements de la semaine. "Du coup, il y avait beaucoup d’erreurs techniques", remarquait d’ailleurs Dan Malafosse.

Pas d’esprit de revanche

Tous concernés par le projet du club, les Montalbanais le sont aussi pour la fameuse invincibilité à domicile. "Bien sûr que nous, c’est quelque chose qu’on a un peu sacralisé, reconnaissait David Gérard. On sait qu’à la maison, il y a en plus des gros clients qui arrivent." Parmi ces gros poissons, c’est Colomiers qui s’avance en premier à Sapiac, dans un derby à enjeux. Les Montalbanais n’ont sûrement pas oublié le match aller, et la première défaite de la saison après une série de quatre succès. Surtout, le déplacement en Haute-Garonne avait lancé la mauvaise série de déroutes à l’extérieur. De quoi créer un esprit de revanche ? "On ne l’a pas pensé comme ça… Revanchard ça fait aigri. Si on a pris quarante points chez eux, c’est qu’on le méritait", établissait Gérard. Malafosse corroborait : "Très honnêtement, ça m’est égal que ce soit Colomiers, Pierre, Paul ou Jacques qui vienne… Au-delà de la manière, ce sont les quatre points qui vont nous faire bien commencer l’année 2022."

Lucide, le deuxième ligne sait aussi qu’une victoire apporterait du crédit supplémentaire à son équipe en vue de la deuxième partie de championnat. Mais la prudence reste de rigueur : "Il ne faut pas s’enflammer. Est-ce qu’on peut viser plus haut ? Oui. Mais est-ce que c’est une fin en soit ? Non. Maintenant, on serait tout content de les faire, si on peut les recevoir c’est encore mieux et si on peut directement aller en demi, on ne va pas s’en priver." Pour ça donc, il faudra battre un Colomiers ambitieux, reconnu pour sa qualité de jeu lors de la phase aller. "Mais par rapport au premier match, les conditions climatiques vont être différentes, prévenait David Gérard. Là-bas, il y avait tout pour du jeu de mouvement, de déplacement. Vendredi, avec ce qui est annoncé, c’est plutôt une guerre de tranchées. Et les guerres de tranchées, celui qui en sort, ce n’est pas forcément le meilleur, c’est celui qui en veut le plus." Et cette saison, c’est Montauban qui s’en est souvent sorti vivant…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Yanis Guillou
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?