Top 14 - Pour La Rochelle, un zéro qui tombe vraiment mal

  • Un zéro qui tombe vraiment mal
    Un zéro qui tombe vraiment mal MIDI OLYMPIQUE - PATRICK DEREWIANY
Publié le

Les maritimes ont largement tenu la distance, mais un coup de jarnac de Dupont les a condamnés. Si on ajoute la balance des rucks, ça fait zéro point. Verdict cruel.

Zéro point. Le verdict est dur pour La Rochelle, mais pas sans appel puisqu’il reste deux matchs à jouer. Mais le club est sorti du top 6 à ce jour. Les Rochelais sans Will Skelton ont tenu leur rang face à leur bête noire. Le genre de partie intense et très équilibrée qui s’est jouée sur un ou deux coups de dés. Cette dernière faute de Joel Sclavi, auteur d’un plaquage sans les bras sur Anthony Jelonch (76e). Le bonus s’est envolé à ce moment précis. On pourrait aussi parler de ce ruck rochelais près de la ligne adverse sanctionné sans pitié par M. Caire, à l’heure de jeu. On sentait les Charentais vraiment capables de planter un coup de dague décisif dans la défense toulousaine. Gregory Alldritt et Ronan O’Gara n’ont pas vraiment compris la raison de cette décision. « L’arbitre n’a pas su m’expliquer beaucoup de décisions ce soir », a fait remarquer le numéro 8 du XV de France. A priori, Wiaan Liebenberg s’est vu reprocher un soutien irrégulier. Le genre d’action subtile, byzantine même, que le grand public aura toujours du mal à comprendre. « Peut-être qu’effectivement, Wiaan a plongé directement au sol. Nous avons été sanctionnés directement, c’est comme ça… », poursuivait Gregry Aldritt en faisant des efforts pour garder son calme. Il tint tout de même à faire une précision : « Je ne veux pas chercher d’excuses. C’est nous qui perdons notre match. Mais je trouve qu’il y a eu un gros manque de cohérence sur beaucoup de décisions. Sur leurs rucks défensifs, ils étaient souvent couchés sur le ballon… »

Tout ça pour dire que le rugby sera toujours ce sport où, quand deux équipes se tiennent, les coups de sifflet construisent le score. Il s’est passé plein de choses dans les regroupements et la balance des sanctions a penché vers le camp rochelais.

Déficit de sept points

Mais nous avons apprécié l’honnêteté de Gregory Alldritt qui a reconnu sans se cacher que son équipe avait conduit tactiquement le match comme elle l’avait prévu. « À part cette sortie de camp manquée, le gros bémol et ces sept points-là nous ont manqué à la fin.  Cette analyse factuelle semble pertinente. Il faisait allusion à ce dégagement de Dulin contré par Dupont à la sixième minute, pour l’essai de l’égalisation. C’est vrai, Dulin, gaucher, prit la peine de mettre le ballon sur son pied fort et courut en travers pour s’offrir à la montée explosive du capitaine du XV de France. Le Toulousain Thomas Ramos expliqua que cette situation de jeu avait été anticipée et travaillée en semaine.

Ce déficit de sept points ne vient donc pas uniquement des aléas de l’arbitrage ou de la fatalité. Il résulte aussi du sens de l’observation d’un staff. C’est rassurant, quelque part, pour un observateur neutre.

Pour un supporter rochelais, ce fut plus que rageant. Cette action venait annuler l’essai magnifique inscrit par ce même Dulin, une minute plus tôt : une offensive de classe avec passe au pied de Rhule pour Leyds qui tapa à suivre pour son arrière. Avec le recul, ce fut aussi beau que ce fut finalement vain.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?