Pro D2 - Mont-de-Marsan redresse la barre

  • Sans génie mais avec beaucoup de pragmatisme et d’engagement, les Montois ont écarté Colomiers sans trembler.
    Sans génie mais avec beaucoup de pragmatisme et d’engagement, les Montois ont écarté Colomiers sans trembler. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Sans génie mais avec beaucoup de pragmatisme et d’engagement, les Montois ont écarté Colomiers sans trembler.

La semaine montoise avait été particulière à plus d’un titre. Il a fallu d’abord revenir sur le non-match à Massy et faire un examen de conscience collectif, puis ajouter trois nouveaux blessés à une liste déjà longue. Pas de quoi se rassurer avant de recevoir une équipe columérine jamais facile à manœuvrer. Tout cela avant d’apprendre la triste nouvelle du départ du grand Benoît Dauga. Cette dernière a-t-elle eu un impact sur la performance des Jaune et Noir ? Bien difficile à dire, toujours est-il que les appelés du soir ont fait honneur à ce maillot que le « Grand Ferré » chérissait et qu’il a porté toujours avec fierté et un engagement jamais démenti. Un engagement qui avait fait cruellement défaut à ses successeurs depuis quelques semaines. Mais ce vendredi soir, les Montois se sont retrouvés sur les fondamentaux. Oh, rien d’extraordinaire encore, mais une envie, une hargne, une grinta qui ont fait plaisir à voir et qui suffisent pour l’instant au bonheur des supporters landais, en attendant mieux.

De quoi rassurer et satisfaire le manager Patrick Milhet : « J’ai retrouvé ce soir un vrai groupe, celui que nous avons choisi et dans lequel nous croyons. Peut-être la note artistique n’est-elle pas très élevée, mais l’essentiel était ailleurs. Nous avons retrouvé notre état d’esprit, nous avons redoré notre image et c’était cela le plus important. Nous allons continuer à faire le dos rond, mais c’est bien pour l’instant de rester au contact du groupe de tête, même si ce bloc n’est pas aussi réussi que nous pouvions l’espérer. »

Défense retrouvée

En effet, les Montois ont mis cette fois les ingrédients indispensables pour l’emporter. En retrouvant une défense de fer, ils ont étouffé leur adversaire, acculé dans son camp la quasi-totalité du match et ont permis à leur charnière de piloter à sa guise. Et comme par enchantement, on a retrouvé un Willie Du Plessis lumineux.

Les Columérins, de leur côté, étaient très déçus de leur prestation, comme ne le cachait pas Julien Sarraute : « Quand on est aussi indisciplinés que nous l’avons été ce soir et qu’on ne respecte pas le plan de jeu, on ne peut rien espérer. Nous avons été absents des débats, sous pression en permanence dans notre camp. Nous avons montré ce soir un visage que je ne veux pas voir. 

Voilà un constat que l’on entendait la semaine passée côté landais. De quoi méditer, pour les uns comme pour les autres, sur le caractère éternel de ce jeu, qui demande, avant le talent, le don de soi au service du collectif. Si Benoît Dauga a été un géant de ce jeu, c’est parce qu’il avait d’abord cette qualité, avec le talent en plus.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierre BAYLET
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?